Assis sur un petit banc sur le quai de l’annexe de la marine nationale à Abidjan-Plateau, Hervé (ce n’est pas son vrai nom), un journaliste d’un quotidien ivoirien, n’oubliera pas de si tôt sa « balade » en haute mer ce mercredi 13 septembre 2017.
Marc Florent, lui, a été retrouvé dans une poubelle au marché gouro de la gare Utb de Yopougon. Il avait été abandonné là parce que la femme qui lui a donné la vie n’en voulait pas. Pour elle, il n’était qu’un «enfant serpent».
Lors d’un récent séjour dans le N’Zi, nous avons visité le cimetière des martyrs. Où reposent 13 militants de la lutte anticoloniale tombés sous des balles assassines le 30 janvier 1950.
Passer le rond-point d’Adjamé-Liberté en provenance des 220 logements pour la gare « Renault » relève, aujourd’hui, d’une aventure cauchemardesque pour les automobiles. Les bretelles et la voie giratoire de cet espace, hautement fréquenté par les abidjanais et grouillant de commerçants ambulants, baignent dans un état de dégradation très avancé.
 Derrière ces sacs solaires, se cache un nom : Evariste Akoumian, auteur de cette invention, la trentaine.
Implantée au milieu d'un parc de dix-huit hectares, sur une colline avec une vue panoramique sur une grande partie de la ville de Yamoussoukro, le Palais des Congrès, la maison du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) fortement dégradée est aujourd’hui à l’abandon.
Irène Kouakou est une jeune malade mentale vivant à Djamalakro, localité située à 32 Kilomètres de Bouaké. Âgée de 20 ans, Irène a été maintenue prisonnière depuis un mois chez sa mère du fait de sa maladie. Le pied enfoui dans un tronc d’arbre, la jeune fille a été dans…
Malgré les interdits et les différentes campagnes de sensibilisation menées par les autorités compétentes sur le terrain, plusieurs pécheurs installés sur le littoral ivoirien continuent d’utiliser des produits toxiques dans la capture des poissons. Les boites de pesticides utilisés dans les exploitations agricoles sont aussi jetées dans les cours d’eaux…
La Chicha, c’est la nouvelle trouvaille des jeunes dakarois qui se disent ‘’branchés’’ pour planer dans les airs. Cette cigarette venue de l’orient et tropicalisée à souhait dans plusieurs boîtes de nuit et restaurants de la capitale du Sénégal, n’est pas sans conséquences sur la santé de ces jeunes.
Page 1 sur 4