A l’ouverture de cet évènement à Anoumabo, Henri Konan Bédié avait invité le groupe Magic Sytem à "se produire à Daoukro", sa ville natale.
L’icône de la musique africaine, l’ombre tutélaire et dernier témoin des débuts de la rumba, le Congolais Papa Wemba est mort, ce dimanche 24 avril, en pleine prestation, au Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua), à Abidjan.
Contrairement aux éditions précédentes, celle-ci a été ouverte à toutes les régions de Côte d’Ivoire et il en sera ainsi désormais.
Directeur de la radio privée Teranga FM, il avait été arrêté en juillet par la police secrète du régime du président Yahya Jammeh qui dirige ce petit pays d'Afrique de l'Ouest d'une main de fer depuis 1994.
"Prince n'était pas seulement un musicien talentueux et innovant. C'était également un vrai défenseur des droits des musiciens", a réagi l'American Federation of Musicians of the United States and Canada (AFM), qui regroupe quelque 80.000 artistes.
Pour cette édition, une place de choix est accordée aux humoristes. Ils animeront les concerts du week-end. Le Femua 2016 s’achève le dimanche 24 avril.
Le "kid de Minneapolis" a été l'un des plus grand musiciens des années 80 et 90, avec des tubes comme "Purple Rain", "Cream", "Girls & Boys", "Kiss", qui ont fait danser le monde entier, mêlant riffs de guitare et rythmes funk.
Après une présentation succincte des arts et objets culturels du canton, les festivités ont été aussi marquées par la découverte des jeux traditionnels, des sketches sur la solidarité entre les générations d’âge, l’attention maternelle et surtout l’attrait des dida pour le Bangui blanc, la fumée de la pipe, la hotte…
La 9e édition du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua) a été ouverte, ce mardi 19 avril. En donnant le top départ, le parrain, le président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié, a, à cette occasion, adressé au groupe Magic System, une invitation. Celle de venir « se produire à Daoukro…