Selon l’auteure, ex-enseignante de philosophie et ancienne directrice du Collège Abadjin, « cette œuvre constitue une contribution à l’évangélisation afin de permettre aux générations actuelles et futures d’avoir un repère pour répondre aux besoins de la Côte d’Ivoire qui a soif d’amour, de justice et de paix ».
Le cinquantenaire du cinéma ivoirien a véritablement démarré mardi par les sessions de formation, mais aussi par les projections de films, à l’Institut français d’Abidjan.
De 289.191 en 2012, la Côte d’Ivoire a enregistré la visite de 470.809 touristes internationaux. Le secteur sort de sa léthargie après la décennie de crise, avec des produits touristiques riches et diversifiés qui assurent le ravissement aux visiteurs, a souligné Roger Kacou.
La 6e étape s’est achevée, samedi dernier, en présence du gouverneur du District autonome de Yamoussoukro, parrain de la cérémonie.
Précurseur du cinéma ivoirien qui lui doit son cinquantenaire, Timité Bassori raconte, dans cet entretien, sa passion pour le 7e art et encourage la jeune génération.
Les retardataires sont invités à retirer la liste des pièces à fournir à la Sous-direction des Affaires extérieures du ministère de la Communication.
La célébration de la Journée de la Francophonie à la ‘’Blaise Pascal’’ est un moment de regroupement, de rencontres et de contact avec d’éminents auteurs de la place.
Il a occupé, des années durant, le devant de la scène théâtrale ivoirienne, ponctué par des postes de responsabilité comme directeur de l’Ecole nationale de théâtre et de danse à l’Insaac, mettant en selle de nombreux artistes bien connus. Sa responsabilité ira bien plus loin, très bientôt, avec son intronisation…
La cérémonie officielle des journées de la Francophonie s’est déroulée, hier, en présence de nombreuses personnalités, de ministres et membres du corps diplomatique accrédités en Côte d’Ivoire.