« Je sais que je repartirai chez moi !, a lancé M. Blé Goudé à l'audience publique à La Haye, où siège la cour. Si je suis jugé pour ce que j'ai fait et non pour ce que je suis, que je sois déclaré innocent », rapporte le monde.fr.

Le mercredi 26 mars 2014, un Conseil des Ministres s’est  tenu de 10h30 à 12h30, au Palais de la Présidence de la République à Abidjan, sous la présidence effective de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l’État.

Il a par ailleurs ajouté: « la vie d’un pays ne peut s’arrêter et se résumer aux élections. Entre deux élections, il faut bien que le gouvernement travaille et c’est ce que nous faisons. C’est ce que les Ivoiriens constatent tous les jours. »

L’objectif de cette coalition est d’apporter la réplique au Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp).

[26-03-2014. 18h00] Selon un communiqué de presse de la Cedeao, le président du conseil des ministres, Charles Koffi Diby et le président de la commission de la Cedeao, Désiré Kadré Ouédraogo se sont « félicités » de l’Ape.

Poursuivant, le secrétaire général par intérim du Rdr a insisté pour dire que la réconciliation ne peut aboutir dans l’impunité.

[24-03-2014. 20h00] Le diplomate burkinabè a ainsi insisté sur les nombreuses et grandes avancées enregistrées par la communauté « grâce au leadership du Président Ouattara. »

S’adressant au gouvernement, il lui a demandé de ne plus transférer d’Ivoirien a La Haye. Car, la Cour pénale internationale "n’est pas faite que pour les Ivoiriens et même pour les Africains".

Après avoir fait remarquer la ferme volonté de son parti à aller à la réconciliation, il estime que refuser le dialogue politique, « c’est ramer à contre courant des intérêts des Ivoiriens. »

M. Blé Goudé est poursuivi pour au moins quatre chefs d’accusation: meurtre, viol, persécution et autres actes inhumains, commis entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011. Le mandat d’arrêt le visant a été rendu public fin septembre-début octobre 2013.