REGIONS
La première victime connue des pluies diluviennes qui s’abattent ces temps-ci sur Yamoussoukro est Cheick Diop, 12 ans, de nationalité sénégalaise, élève au groupe scolaire Camp militaire de Yamoussoukro.
Ces cas d’abandon, dont les motifs restent officiellement méconnus, concernent des élèves régulièrement inscrits mais qui n’ont plus fait signe de vie depuis leur inscription, mais aussi des élèves qui ont fait le premier et le deuxième trimestre et qui ont disparu durant le troisième trimestre, ont expliqué des éducateurs…
Les populations de cette localité, note-t-on, effectuaient le déplacement en deux jours, avec un arrêt à Boundiali.
"C’est vrai que la Côte d’Ivoire est un pays laïc, donc nous n’avons aucune préférence pour une religion, mais je suis venue leur apporter mon soutien et celui des autorités", a-t-elle signifié.
Cette route est un calvaire pour les usagers du fait des braqueurs de véhicules. Ces derniers temps, la situation était devenue intenable avec plus de 20 attaques en un mois.
Les mets présentés par les élèves étaient essentiellement locaux. Le traditionnel plat de cette région Wè fait de sauce gluante et de foutou manioc a remporté le prix et a été concocté par la classe de 3ème 2.
Si la plupart des commerçants lient cette pénurie de produits vivriers à la rareté de pluie les mois passés, le coût du transport et les taxes municipales sont aussi évoqués comme étant à la base de l’augmentation constatée au niveau des prix.
Ces jeunes cadres qui exercent dans différents secteurs professionnels ont annoncé leur projet de sensibilisation des populations dans les villages, pour la scolarisation de leurs jeunes frères et surtout des petites filles.
Sur ce tronçon routier les bandits, armés de kalachnikovs, ont opéré plus de 20 braquages de véhicules en un mois.