Mutilés de guerre : La dernière phase d’identification a démarré, ce jeudi

Le pru00e9fet d'Abidjan, Sidiki Diakitu00e9
Le pru00e9fet d'Abidjan, Sidiki Diakitu00e9
Le pru00e9fet d'Abidjan, Sidiki Diakitu00e9

Mutilés de guerre : La dernière phase d’identification a démarré, ce jeudi

Mutilés de guerre : La dernière phase d’identification a démarré, ce jeudi

 

Le lancement de la dernière phase de l’identification des ex-combattants blessés de guerre ou mutilés du département d’Abidjan a débuté, ce jeudi 9 janvier 2014, à Abidjan-Abobo. C’était en présence du préfet de région, préfet d’Abidjan, Sidiki Diakité.

La Côte d’Ivoire a un devoir de mémoire vis-à-vis de tous ceux qui ont pris les armes à un moment de leur vie pour se battre pour une cause qu’ils ont jugée utile. C’est en ces termes que le préfet de région, préfet d’Abidjan, Diakité Sidiki, s’est adressé aux ex combattants d’Abobo. Ces derniers étaient présents à la mairie de ladite commune, dans le cadre de leur identification. Selon Diakité Sidiki, la Côte d’Ivoire avec à sa tête le président Alassane Ouattara, ne veut laisser personne pour compte.

 

Le colonel major, Bamba Sinima, qui conduit cette mission, a indiqué que c’est la toute dernière phase étant donné que les  mutilés des autres régions de la Côte d’Ivoire ont été déjà identifiés. Selon lui, cette opération concerne uniquement les ex-combattants qui ne peuvent pas bénéficier d'un projet parce qu’invalides ; il s’agit de ceux qui ont perdu la vue, les membres, et ceux dont la colonne vertébrale est cassée. Tout comme ceux qui sont devenus des malades mentaux du fait de la guerre.

 

L’opération prend en compte les blessés de 2002 à 2011 de la crise postélectorale. « Les braqueurs ne sont pas concernés », a précisé Bamba Sinima. Pour être retenu, a rappelé le chef de mission, il faut appartenir à un groupe organisé qui obéit à un chef, à savoir les ex-combattants des forces armées des forces nouvelles (Fafn), des groupes d’auto-défense, les milices. Toutefois, il faudra prouver votre  appartenance à ce groupe en montrant les différents documents nécessaires.

Cette dernière phase de l’identification des blessés et mutilés prendra fin le samedi 11 janvier prochain à Abobo. Elle se poursuivra les 15, 16 et 17 janvier prochains à Yopougon.

 

Franck YEO