Sources de la haine en ligne : Quand faits de société et peoples détrônent la politique

Une(1)

Sources de la haine en ligne : Quand faits de société et peoples détrônent la politique

Le 18/09/21 à 19:10
modifié 18/09/21 à 19:10
L’actualité people et les faits de société, principaux sujets à l’origine des discours de haine en ligne sur la période du 26 août au 8 septembre 2021. C’est ce qui ressort des résultats du monitoring effectué par l’Observatoire d’Internews Côte d’Ivoire sur 182 profils, pages et groupes Facebook.

Proportion des propos sexistes-injures sexuelles par rapport au nombre total de discours de haine du 26 août au 08 septembre 2021
Proportion des propos sexistes-injures sexuelles par rapport au nombre total de discours de haine du 26 août au 08 septembre 2021



Depuis le début de l’observation (en septembre 2020) à ce jour, la politique a été le sujet qui suscite majoritairement les discours de haine sur Facebook. Une suprématie qui demeure toutefois dépendante de l’actualité. Et comme, ce fut le cas pour la période courant du 26 août au 8 septembre 2021, les sujets qui ont fait la une sur l’échantillon Facebook observé se rapportaient essentiellement aux médias (affaire « Apologie du viol sur NCI ») et aux peoples (Al Moustapha, Eléonore Kouamé, concours Miss CI). L’actualité politique (marquée par l’annonce de la création d’un nouveau parti par Laurent Gbagbo et l’interview de l’un de ses partisans par ailleurs ancienne figure de la société civile) a été moins commentée.

En termes de tendance, après une hausse de 14% observée sur la première semaine (26 août au 1er septembre 2021), le nombre de propos haineux sur Facebook a considérablement baissé (-27%). Ils se chiffre en cette fin de période à 110.

Ce qui n’a pas changé cependant, c’est l’évolution des propos sexistes/injures sexuelles qui ont littéralement explosé du 2 au 8 septembre 2021, pour représenter à eux seuls 28% de l’ensemble des discours de haine collectés. Une tendance à la hausse suivie également par les animalisations, délations, menaces, vœux/souhaits macabres et propos xénophobes qui étaient pourtant en baisse.

A l’inverse, les injures/diffamations, typologie la plus fournie, enregistrent une baisse de près de 70% quand trois des typologies les plus graves sont restées inexistantes. Il s’agit de l’incitation au meurtre/à la révolte, les attaques contre les communautés et la justification/apologie de la haine.

Pour ce qui est des lieux d’expressions des discours de haine sur Facebook, le monitoring montre que les pages sont les espaces de prédilection. Elles sont suivies des groupes et des profils qui, eux, sont sollicités de manière sporadique.

Le monitoring des propos haineux en ligne est une activité du Programme Transition et Inclusion Politiques (PTI) financé par USAID et mis en œuvre par le National Democratic Institute (NDI), Internews et une coalition d’organisations de la société civile ivoirienne.

Source : Internews



Le 18/09/21 à 19:10
modifié 18/09/21 à 19:10

LES + POPULAIRES

Lutte contre le cancer du sein: Les femmes de Fraternité Matin sensibilisées aux dangers de la maladie Année universitaire 2021-2022 : L’Etat lance le renouvellement et l’attribution des bourses d’études Lutte contre les mutilations génitales : Un institut médico-psychosocial inauguré