Littérature/« Soigner les certitudes » : Reckya Madougou a présenté son ouvrage

Reckya Madougou (à gauche) en compagnie de la secrétaire d’État Myss Belmonde Dogo, à l’occasion de la dédicace de son ouvrage. (DR)
Reckya Madougou (à gauche) en compagnie de la secrétaire d’État Myss Belmonde Dogo, à l’occasion de la dédicace de son ouvrage. (DR)
Reckya Madougou (à gauche) en compagnie de la secrétaire d’État Myss Belmonde Dogo, à l’occasion de la dédicace de son ouvrage. (DR)

Littérature/« Soigner les certitudes » : Reckya Madougou a présenté son ouvrage

Le 01/12/20 à 09:24
modifié 01/12/20 à 09:24
La cérémonie de dédicace de l’œuvre a eu lieu le 28 novembre, au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire.
Soigner les certitudes », c’est le titre du nouvel ouvrage de l’ancienne Garde des Sceaux du Bénin, Reckya Madougou, qu’elle a coécrit avec son compatriote écrivain Stephen Akplogan.

Cet ouvrage de 150 pages, préfacé par le Président de la République du Sénégal, Macky Sall et paru aux éditions Jean-Jacques Guillaume (France), a été officiellement présenté à Abidjan, le 28 novembre, au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire. Ce, à l’occasion de la cérémonie de remise de certificats à la 20e promotion de l’Association des femmes leaders de Côte d’Ivoire (Lead4her).

Plusieurs personnalités politiques, des acteurs du secteur privé, des universitaires, des écrivains étaient présents à cette rencontre dont le point d’orgue a été la séance de dédicace de l’auteure. Parmi les personnalités présentes, il y avait le ministre Adama Bictogo ; la secrétaire d’État chargée de l’Autonomisation des femmes, Myss Belmonde Dogo ; Paul Harry Aithnard, directeur général de Ecobank et la trésorière adjointe de l’Union des journalistes de la presse libre africaine (Ujpla).

Couverture du livre ''Soigner les certitudes''. (DR)
Couverture du livre ''Soigner les certitudes''. (DR)



Dans cet ouvrage, la consultante internationale en inclusion financière s’insurge contre les fausses évidences et les clichés construits pour légitimer une certaine fatalité du drame africain. L’auteure s’engage à déconstruire ces certitudes, donc à combattre ces stéréotypes qui maintiennent les pays africains, la jeunesse et les femmes dans l’assistanat.

Elle propose, en conséquence, l’inclusion financière des populations, la citoyenneté économique, les dividendes de la digitalisation, l’autonomisation des femmes, l’entrepreneuriat, l’intelligence politique comme solutions. En somme, une nouvelle «Dialectique d’inclusion et du minimum humain en Afrique » ; du reste le sous-titre du livre.

La ministre béninoise qui dit partager ses propres expériences sur ces sujets jette un regard sur les options de développement et suggère des mécanismes qui ont fait leurs preuves. L’auteure ne perd pas de vue le cadre macroéconomique du continent.

« Soigner les certitudes » est aussi un plaidoyer pour le renforcement de l’intégration prometteuse avec l’avènement de la Zone économique de libre-échange continentale africaine (Zlecaf), la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption, précise le Président du Sénégal, Macky Sall dans sa préface.

Préoccupée par la situation de ses «sœurs», l’auteure les invite, à travers ce joyau, à cultiver le leadership transformationnel pour mettre fin à la peur et à cultiver l’audace et l’innovation afin, dit-elle, de côtoyer les sommets sans complexe.

Alain Capo-Chichi, président du Groupe Cerco, a saisi cette occasion pour offrir une enveloppe d’un million de FCfa pour la diffusion en version numérique du livre sur smartphones via les applications Made in Africa. L’auteure a naturellement salué ce geste qui vient comme une réponse à son appel en faveur de la digitalisation de l’ouvrage.



Le 01/12/20 à 09:24
modifié 01/12/20 à 09:24

LES + POPULAIRES

Distinction du citoyen émérite de Grand-Bassam: Les acteurs de la lutte contre la Covid-19 à l’honneur Emploi et protection sociale en Côte d’Ivoire: Des acquis probants en 2020, en dépit de la crise sanitaire de la Covid-19 Enseignement supérieur : Le directeur financier de l’Université Alassane Ouattara de Bouaké primé