Protection de l’environnement: Des agents des Douanes se forment à la gestion des transferts transfrontaliers de déchets

Une photo de famille des participants pour immortaliser l’atelier. (DR)
Une photo de famille des participants pour immortaliser l’atelier. (DR)
Une photo de famille des participants pour immortaliser l’atelier. (DR)

Protection de l’environnement: Des agents des Douanes se forment à la gestion des transferts transfrontaliers de déchets

Le 19/10/20 à 15:54
modifié 19/10/20 à 15:54
Une dizaine de chefs de bureau des Douanes ont pris part hier, à l’école nationale des Douanes, à une formation sur le transfert transfrontalier des déchets.

Initié par la direction générale du Développement durable, du ministère de l’Environnement et du Développement durable, cet atelier avait pour but de renforcer la connaissance de la procédure de notification des transferts transfrontaliers de déchets et les documents y afférents, la maîtrise des documents d’autorisation des transferts transfrontaliers de déchets et la compréhension du rôle de la Douane dans le processus de mouvement transfrontaliers de déchets.

La cérémonie d’ouverture a enregistré la présence du colonel Aké Léopold, conseiller technique représentant le directeur général des Douanes. Il avait à ses côtés, le directeur général du Développement durable, Gustave Aboua et le Directeur général de l’Ecole nationale des Douanes, colonel Séré Germain.

A l’occasion, le représentant du directeur général des Douanes, a exprimé la gratitude de l’administration des Douanes ivoiriennes au ministère de l’Environnement et du Développement durable, pour cette initiative. « Cette formation permettra aux douaniers de mieux apprécier désormais, les tâches qui leurs sont dévolues dans le cadre des contrôles aux frontières, lorsqu’il s’agit des déchets dangereux ou pas ».

Le représentant du Directeur général des Douanes a aussi souligné que depuis la catastrophe environnementale du Probo Koala, l’Etat ivoirien a renforcé le dispositif légal de mise en œuvre de la convention de Bâle. A travers notamment, la création d’un comité national d’analyse des dossiers de mouvements transfrontaliers de déchets et l’adoption de textes définissant la procédure à suivre pour l’autorisation desdits mouvements.

Pour sa part, le directeur général du Développement durable, Gustave Aboua, a indiqué que la Côte d’Ivoire, en tant que pays du Sud est doublement exposée et n’est pas épargnée par les menaces liées aux déchets dangereux.

En effet, dira-t-il, en plus de l’illégalité de l’importation de déchets, elle dispose sur son sol d’industries génératrices de déchets dangereux qui ne disposent pas de structures de traitement de déchets.

« Cet atelier est très important pour nous, car les fonctionnaires des Douanes sont au quotidien, en contact avec les marchandises à l’arrivée, au départ et en transit dans le pays. Ils constituent un maillon essentiel et vital dans le contrôle de tout mouvement transfrontalier de marchandises, y compris les déchets », a-t-il soutenu. Avant de poursuivre : « Il permettra de mettre à la disposition des douaniers, des informations utiles, afin de les aider à comprendre les dispositions de la convention de Bâle, à jouer pleinement le rôle fondamental qui est le leur, dans l’application de cette convention et par la même occasion, protéger l’environnement et la santé des populations ».


Le 19/10/20 à 15:54
modifié 19/10/20 à 15:54

LES + POPULAIRES

Education nationale : Les Ong ‘’Amour sans limite’’ et ‘’Evod’’ soulagent les enfants de Tiagba Emploi Jeunes : Le gouvernement ivoirien réaffirme son engagement à adresser le problème de l’insertion des jeunes Lutte contre le Vih/Sida: La CECI lance une campagne de sensibilisation et de dépistage dans 16 entreprises