Décentralisation et développement durable : Des communes à l’école de la norme Iso 37101

Les représentants des communes du District d’Abidjan se sont joints aux communes pilotes afin d’évaluer leurs capacités institutionnelles. (DR)
Les représentants des communes du District d’Abidjan se sont joints aux communes pilotes afin d’évaluer leurs capacités institutionnelles. (DR)
Les représentants des communes du District d’Abidjan se sont joints aux communes pilotes afin d’évaluer leurs capacités institutionnelles. (DR)

Décentralisation et développement durable : Des communes à l’école de la norme Iso 37101

Le 16/09/20 à 10:49
modifié 16/09/20 à 10:49
Les communes de Yopougon et Port-Bouët participeront, durant quinze mois, à un projet pilote en vue d’être certifiées Iso 37101. Et ce, grâce à un partenariat entre la Direction générale de la décentralisation et du développement local (Dgddl) et l'American national standards institute (Ansi).

Un standard américain basé sur la promotion du développement durable dans les communautés et la mise en place d’un système de gestion efficace.

Mais avant cette étape, les représentants de ces deux communes et ceux de neuf autres du district d’Abidjan se sont retrouvés hier à la mairie de Yopougon, pour un atelier de deux jours. Conduit par une équipe d’experts américains, il avait pour but d’évaluer les capacités institutionnelles des communes pilotes.

Vu l’importance de cet atelier qui mettra en concurrence les différentes communes de la Côte d’Ivoire, Noël Tahet, directeur général adjoint de la décentralisation, a salué l’initiative de la Dgddl et de l’Ansi.

Pour lui, cette séance de formation permettra d’impulser le développement des communes pilotes et même celles qui sont témoins afin d’atteindre la certification Iso 37101. Qui est une norme formulée spécifiquement pour le développement durable des villes.

Il sera question pour les gestionnaires des collectivités, précise Noël Tahet, de découvrir la norme en question et de prendre connaissance des procédures pour l'atteindre.

Celle-ci, fait savoir , est tout un processus, une méthode qu’il faut suivre. Car la certification d’une commune à la norme, précise le directeur général adjoint de la décentralisation, donne deux avantages, notamment la capacité de conduire un développement local durable, qui prend en compte l’environnement, l’économie, la culture, etc. Et l’ouverture sur l’extérieur parce que les partenaires s’appuieront sur son modèle de management avant d’investir.

Au nom du maire de la commune de Yopougon, Edouard Kakou, 4e adjoint au maire, a salué le choix porté sur sa commune et Port-Bouët pour conduire la phase expérimentale du projet de certification Iso 37101. Il s’engage à mettre en application toutes les dispositions pour atteindre le but avant de soutenir qu’à travers cette certification, sa commune aura fière allure et sera une cité où il fait bon vivre.

C’est pourquoi, a-t-il affirmé, Gilbert Koné Kafana, dès son accession à la magistrature de la commune, s’est inscrit dans la normalisation. « Si notre commune et Port-Bouët ont été retenues pour le projet pilote, c’est parce que le conseil municipal de Yopougon était déjà lancé dans la démarche qualité », a-t-il précisé.


Le 16/09/20 à 10:49
modifié 16/09/20 à 10:49

LES + POPULAIRES

Appui aux jeunes diplômés marocains en Côte d’Ivoire: Le Conseil des résidents offre des kits scolaires Boundiali/Autonomisation de la femme : 40 coopératives de femmes équipées Examen de certification au diplôme d’État : 2154 étudiants composent à l’Infas