Santé : Les journalistes instruits sur l’importance de la Couverture maladie universelle (CMU)

Des journalistes ont été instruits sur l'importance de la CMU. (DR)
Des journalistes ont été instruits sur l'importance de la CMU. (DR)
Des journalistes ont été instruits sur l'importance de la CMU. (DR)

Santé : Les journalistes instruits sur l’importance de la Couverture maladie universelle (CMU)

Les 4 et 5 août, la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) a organisé un séminaire de formation à l’attention des journalistes dans ses locaux au Plateau.

Pour la journée du mardi 4 août, ce sont Dr Koné Karamoko, médecin conseil à la CNAM, madame Bamba Karidja Koné, Directrice de l’Affiliation de la CNAM et Sako Madi, Directeur du Système d’Information (DSI) qui ont tour à tour présenté la couverture maladie universelle (CMU) et expliqué son importance pour les populations.

Selon Dr Koné, depuis la création par décret présidentiel de la CNAM en 2014 en vue de l’institution d’une couverture maladie à moindre coût (1000F CFA par habitant et par mois) pour tous les habitants de la Côte d’Ivoire, l’Etat applique ainsi une recommandation de l’organisation mondiale de la santé (OMS). Laquelle fait obligation à l’ensemble des pays du monde entier à atteindre la couverture sanitaire d’ici 2030.

Ainsi, depuis la généralisation de la CMU en octobre 2019, ce sont plus de 100.000 personnes assurées qui ont bénéficié de la CMU sur plus d’un million de titulaires des cartes.

Tout en reconnaissant les nombreuses difficultés qui ralentissent son effectivité sur toute l’étendue du territoire national, les formateurs ont assuré que la CMU est un processus irréversible.

“C’est vrai que bon nombre de nos concitoyens n’ont toujours pas reçu leurs cartes. Mais nous sommes en train de trouver de nouvelles options avec l’opérateur technique SNEDAI. Je demande aux populations de croire en la CMU. Il y a déjà eu des prestations de qualité dans plusieurs hôpitaux. Nous demandons encore un peu de patience, car l’objectif de la CMU est de lutter contre la pauvreté en réduisant les charges des patients. C’est une décision mondiale et la Côte d’Ivoire ne peut rester en marge”, a rappelé Mme Bamba Karidja Koné. Lire la suite sur...


LES + POPULAIRES

Maladies non transmissibles : Aka Aouélé réitère l’engagement du gouvernement dans la lutte Obsèques de Laurent Mandjo : Prêtres et laïces reconnaissants à Dieu Coopération militaire : La France affecte un nouvel attaché de sécurité intérieure en Côte d’Ivoire