Mécanisme conjoint CNDH/Partis politiques : La 4ème session évalue la situation socio-politique pour une amélioration du processus électoral

Les points focaux des partis partis politiques ont été informé dans le cadre du mécanisme conjoint des avancées du Cndh (DR)
Les points focaux des partis partis politiques ont été informé dans le cadre du mécanisme conjoint des avancées du Cndh (DR)
Les points focaux des partis partis politiques ont été informé dans le cadre du mécanisme conjoint des avancées du Cndh (DR)

Mécanisme conjoint CNDH/Partis politiques : La 4ème session évalue la situation socio-politique pour une amélioration du processus électoral

Le 30/07/20 à 23:51
modifié 30/07/20 à 23:51
La 4ème session du mécanisme conjoint, Conseil national des droits de l’homme/Partis politiques et regroupements politiques s’est déroulée, ce jeudi 30 juillet 2020, à Abidjan, 2Plateaux les vallons, au siège de ladite institution.

Les échanges ont porté sur la situation socio-politique dans le but de contribuer à l’amélioration des prochaines étapes du processus électoral pour un scrutin apaisé en Côte d’Ivoire.

Au cours de cette session qui s’est déroulée sous forme de dialogue interactif. Mais avant la présidente du Cndh, Mme Namizata Sangaré a dressé dans sa communication la situation sociopolitique. Elle abordé le processus électoral, les questions de justice et d’identification, l’accès aux médias publics, la pandémie de la Covid-19 sous l’angle des droits de l’homme, les visites dans les lieux de détention, les propos haineux tenus sur les réseaux sociaux ainsi que les requêtes du Cndh. Insistant sur les propos haineux tenus sur les réseaux sociaux, Mme Sangaré a affirmé tout a été documenté et que le procureur de la République a été saisi.

Il ressort de la communication de Mme Sangaré que le Cndh a mis en place dans le cadre de son implication dans le cadre du processus électoral (Révision de la liste électorale, identification) un observatoire.

La mission assignée était d’évaluer le processus électoral. Aussi, a-t-elle indiqué que le Cndh a réagi suite au retrait de la Côte d’Ivoire de sa déclaration de compétence à la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples. Concernant les questions de justice, elle a relevé que le Conseil a fait le suivi et surtout a documenté tout ce tout ce qui touche à ce domaine.


Pour le processus d’identification, elle a informé les points focaux des partis politiques que le Conseil a donné l’exemple en invitant l’Office national de l’identification et de l’état civil (Oneci) dans ses locaux pour permettre à ses agents s’enrôlent pour la Carte nationale d’identité. Après avoir souligné que la Covid-19 a entravé les objectifs de santé et la libre circulation, elle a affirmé que le Conseil a mis en place un comité de veille.

A travers des capsules vidéo réalisée en partenariat avec la Rti, le Conseil s’est engagé fortement dans la sensibilisation des populations sur le danger que représente la Covid-19. « Nous avons organisé un forum pour évaluer la riposte et surtout observer l’impact de la Covid-19 », a précisé la présidente du Cndh.


Dans 13 au 20 juillet, Mme Namizata Sangaré a informé les points focaux des partis politiques que le Conseil a visité les 34 prisons du pays pour s’enquérir des conditions de détentions des prisonniers. S’agissant des prisonniers pro-Soro, le Cndh les a visités de nouveau du 24 au 27 juillet. « Nous sommes en train de rédiger un plaidoyer à cet effet et aussi en ce qui concerne l’accès aux médias publics », a soutenu Mme Sangaré.

Les représentants de partis politiques et regroupements politiques, au nombre desquels, le Pdci-Rda, le Fpi, le Rhdp, le Rdp, Eds... satisfaits de cette 4ème session, ont souhaité une plus grande implication de leur part dans les activités du Conseil national des droits de l’homme.


Le 30/07/20 à 23:51
modifié 30/07/20 à 23:51

LES + POPULAIRES

Lutte contre le Covid-19: La coopération allemande fait don à 4 centres de formation professionnelle Climat socio-politique: Un homme de Dieu exhorte les politiques au dialogue pour éviter une 2ème crise au pays Covid-19 : L’opération « les classes citoyennes » concerne plus de 18 millions de personnes