L’Unjci forme les journalistes

La pandémie du Covid-19 a fait l'objet d'un exposé. (DR)
La pandémie du Covid-19 a fait l'objet d'un exposé. (DR)
La pandémie du Covid-19 a fait l'objet d'un exposé. (DR)

L’Unjci forme les journalistes

Le 03/04/20 à 17:47
modifié 03/04/20 à 17:47

Après la distribution des kits sanitaires aux rédactions, l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire, a initié une session de formation à l’intention des journalistes. C’était le jeudi 2 avril, à la Maison de la Presse, au Plateau. Une dizaine d’hommes et femmes des médias ont pris part à cette séance d’information et de formation, animée par Serge Mambey, responsable du département communication de la direction générale de l’hygiène publique santé environnement. Il était assisté de Diabagaté Mahama. Le thème : « Les techniques de lavage des mains ».

« Nous sommes engagés véritablement dans la lutte contre le Covid-19. Après la distribution des kits hygiéniques avec l’appui de la direction générale de l’hygiène publique qui n’a pas fait de difficulté pour répondre à notre sollicitation, nous sommes à la 2e phase de ce partenariat, qui est la formation. Les journalistes étant en première ligne dans cette lutte contre le coronavirus, nous avons jugé nécessaire qu’ils soient eux-mêmes formés et informés avant de véhiculer le message à la population », a justifié Jean Claude Coulibaly, président de l’Unjci.

Considéré comme un geste anodin, le lavage des mains est « le meilleur vaccin pourse protéger contre des maladies. Il est essentiel et important pour prévenir toutes sortes d’infection. Surtout, en ce temps de pandémie à coronavirus.

Les formateurs. (DR)
Les formateurs. (DR)



Selon Serge Mambey, le lavage des mains a bien une histoire bien plus que l’on le pensait. Parce que les mains sont à l’origine de plusieurs maux. Le gynécologue hongrois Philipp Ignaz Semmelweis (1er juillet 1818-13 août 1865) l’a bien expérimenté.

L’histoire rappelle que cet éminent gynécologue avait remarqué dans son service que les femmes mourraient après s’être fait accoucher par ses collègues qui, en fait, d’une pièce d’expériences sur des cadavres, venaient directement faire accoucher les femmes. Il comprit alors que ses collègues n’observaient pas l’hygiène des mains. Il en a fait son combat et en a payé les frais puisqu’il n’était pas compris dans ses campagnes de promotion des bonnes pratiques d’hygiène. Mais après son décès, le monde a compris l’importance de la propreté des mains. Car avec la main, l’on peut traîner dans notre corps des germes mortels comme ce Covid-19.

Ainsi, il est établi que « le lavage des mains est une assurance contre les infections, à l’eau plus le savon, c’est un soin que l’on apporte à la main », précise Serge Mambey. Avant d’ajouter

cette formation a permis aux apprenants de comprendre comment fonctionne le covid-19. (DR)
cette formation a permis aux apprenants de comprendre comment fonctionne le covid-19. (DR)



que « selon l’Oms, la pratique du lavage des mains au savon contribue à réduire à 45% à 50% les diarrhées et de 25% les infections respiratoires. C’est donc une prescription mondiale ». Mais à quel moment et comment se laver les mains ? Serge Mambey répond : « Quatre moments critiques commandent de se laver les mains. A savoir, au sortir des toilettes, avant de toucher les aliments et préparer les repas, avant de manger ou donner à manger, après le nettoyage anal des enfants ou après un contact potentiel avec des excrétas –selles, urines- ou des saletés de tout genre ».



Le lavage des mains est certes un acte banal, facile mais qui obéit à une technique et des étapes qui ne sont pas à intervertir. Tout commence donc par le savonnage, puis le frottage, ensuite le rinçage, enfin le séchage et cela en dix étapes sans que l’on s’en rende compte. Mouiller les mains, appliquer le savon, se frotter la paume, frotter la paume de chaque main avec le côté extérieur de la seconde main, frotter les faces des doigts, se frotter le côté extérieur des doigts, frotter chaque pouce, frotter les bouts des doigts de manière circulaire, rincer et laisser les mains devenir sèches avant tout contact.

Les journalistes apprenants ont répété ces gestes avec les formateurs pour montrer qu’ils ont vraiment assimilé l’essentiel de cette session.

Le 03/04/20 à 17:47
modifié 03/04/20 à 17:47

LES + POPULAIRES

Action sociale/Bakayoko-Ly Ramata aux personnes en situation de handicap : « Votre potentiel compte dans le développement de la Côte d’Ivoire ! » Ecole inclusive : Plus de 150 enseignants formés et 30 écoles réalisées Lutte contre le Covid-19 : Une entreprise japonaise vole au secours de l’Etat