Campagne intermédiaire de commercialisation du cacao: Le prix plancher bord champ fixé à 825 Fcfa le Kg

C’est en présence du ministre  Kobenan Kouassi Adjoumani (au centre), que le directeur général du Conseil du café-cacao, Yves Ibrahima Koné (à gauche), a annoncé le nouveau prix bord champ du cacao. (DR)
C’est en présence du ministre Kobenan Kouassi Adjoumani (au centre), que le directeur général du Conseil du café-cacao, Yves Ibrahima Koné (à gauche), a annoncé le nouveau prix bord champ du cacao. (DR)
C’est en présence du ministre Kobenan Kouassi Adjoumani (au centre), que le directeur général du Conseil du café-cacao, Yves Ibrahima Koné (à gauche), a annoncé le nouveau prix bord champ du cacao. (DR)

Campagne intermédiaire de commercialisation du cacao: Le prix plancher bord champ fixé à 825 Fcfa le Kg

Le 31/03/20 à 22:38
modifié 31/03/20 à 22:38
Le directeur général du Conseil du café-cacao, Yves Ibrahima Koné, a animé un point de presse hier, à la salle de conférences du 23e étage de l’immeuble Caistab, en présence du ministre de l’Agriculture et du développement rural, Kobenan Kouassi Adjoumani.
Le gouvernement a fixé le prix plancher bord champ du kg de cacao à 825 FCfa pour la campagne de commercialisation intermédiaire qui s’ouvre ce 31 mars à minuit. L’information a été donnée le mardi 31 mars, par le directeur général du Conseil du café-cacao, Yves Ibrahima Koné, lors d’un point de presse à la Caistab.

Par rapport à la campagne principale qui s’est achevée, mardi, le prix du kg bord champ du cacao reste inchangé, malgré la chute du cours du cacao sur le plan international du fait de la pandémie du coronavirus. « Les cours mondiaux du cacao ont dégringolé et nous perdons l’équivalent de 200 FCfa par kg », a indiqué Yves Ibrahima Koné. Toutefois, le gouvernement a maintenu ce prix afin de soutenir le pouvoir d’achat des producteurs.

Le directeur général de l’organe de régulation du café et du cacao s’est réjoui du bilan de la campagne principale de commercialisation du cacao qui s’est achevée sur un taux d’exécution de 93% des contrats de vente noués, sans dévoiler le volume de fèves commercialisés dans cette période.

Il a assuré que la commercialisation du produit se déroule normalement, malgré l’impact négatif de la pandémie sur toutes les économies du monde, notamment celle des pays développés qui sont leurs principaux clients. « Le cacao est classé produit alimentaire, donc il s’achemine sans encombre vers les ports du pays pour être exporté », a-t-il souligné.

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Kobenan Kouassi Adjoumani, a exhorté les producteurs à observer scrupuleusement les mesures barrières édictées par le gouvernement pour contrer la propagation de la maladie.

La Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial de cacao. La récolte 2018-2019 qui s’est achevée le 30 septembre dernier totalise 2,2 millions de tonnes, en hausse par rapport aux 2 millions de tonnes de la campagne précédente.

Quant au prix plancher bord champ du cacao, il a gagné 10 % par rapport à la campagne précédente 2018-2019.


Le 31/03/20 à 22:38
modifié 31/03/20 à 22:38

LES + POPULAIRES

Covid19: Marcory est désormais la commune la plus infectée COVID-19/Grand Abidjan : Le commissaire Charlemagne Bleu exhorte les populations à emprunter les voies officielles de sortie et d’accès Coronavirus : Les ministères de la Santé et de la Recherche scientifique équipés en matériels informatiques