Ibrahim Diaby (Patronat des entreprises de transport): ‘‘Le transport routier ne doit pas être et ne sera pas le transport du Covid-19’’

Ibrahim Diaby (veste bleue), directeur général du Haut conseil, a décortiqué le message du Chef de l’État auprès de ses collègues. (DR)
Ibrahim Diaby (veste bleue), directeur général du Haut conseil, a décortiqué le message du Chef de l’État auprès de ses collègues. (DR)
Ibrahim Diaby (veste bleue), directeur général du Haut conseil, a décortiqué le message du Chef de l’État auprès de ses collègues. (DR)

Ibrahim Diaby (Patronat des entreprises de transport): ‘‘Le transport routier ne doit pas être et ne sera pas le transport du Covid-19’’

Le 27/03/20 à 10:21
modifié 27/03/20 à 10:21
Des huit mesures fortes prises par le Chef de l’État pour freiner la propagation du coronavirus, figure une concernant le secteur des transports terrestres. Il s’agit de la mesure de régulation des transports interurbains, intercommunaux, intra-communaux et d’interdiction des déplacements non autorisés entre Abidjan et l’intérieur du pays.

Mais avant l’annonce de cette mesure, le 23 mars, quelques dispositions préventives avaient déjà été prises par les plus hauts responsables du secteur des transports routiers, à la suite de la réunion du Conseil national de sécurité, le 16 mars.

Caravane de sensibilisation

Le Haut conseil du patronat des entreprises de transport routier de Côte d’Ivoire a entrepris, mardi, à Abidjan, une caravane de sensibilisation de tous les acteurs des transports et des usagers en vue d’une meilleure mise en œuvre des mesures.

La tournée qui a débuté dans la commune de Cocody, précisément au carrefour de Cap nord à la Riviera 3, a pris fin à la nouvelle gare d’Adjamé. Le Haut conseil était accompagné dans cette tournée par plusieurs responsables de syndicats et organisations de transporteurs. « On a senti dans le discours du Chef de l’État sa volonté d’attirer l’attention de tous les citoyens sur le caractère extrêmement dangereux de la pandémie du coronavirus. Si nous respectons les consignes d’usage, nous serons sauvés. Dans le cas contraire, nous nous exposons à la mort et cela pourrait amener le Chef de l’État à prendre la mesure de confinement général. Nous transporteurs devons nous approprier les consignes fermes du Président et les appliquer sur le terrain. Le transport routier ne doit pas être et ne sera pas le transport de la maladie. Les propriétaires de véhicules, les conducteurs, les chargeurs, les chefs de lignes, les convoyeurs et même les passagers, tout le monde doit se conformer à ces mesures », a lancé Ibrahim Diaby, directeur général du Haut conseil à toutes les étapes de la tournée.

Bavarder le moins possible pendant les voyages

De façon concrète, comment ces mesures doivent-elles s’appliquer ? Selon une note de sensibilisation du ministère des Transports, il est recommandé aux taxis communaux et taxis-compteurs de réduire le nombre de leurs passagers de cinq à quatre maximum, y compris le conducteur, soit deux passagers à l’arrière du véhicule et un à côté du conducteur.

Pour les minicars communément appelés gbaka, il leur est recommandé la non utilisation des sièges du milieu. Aux taxis intercommunaux de sept places, il faudra désormais utiliser au maximum cinq places. En outre, à tous les transporteurs ainsi qu’aux usagers, il est exigé le lavage des mains avec du savon ou du gel hydro-alcoolique au moment de l’embarquement, le port de cache-nez pour le conducteur et son convoyeur (apprenti) et de bavarder le moins possible pendant les voyages.

Quant aux déplacements entre Abidjan et les villes de l’intérieur, assure Ibrahim Diaby, des dispositions sont en train d’être prises pour l’application de la mesure annoncée par le Chef de l’État. La caravane de sensibilisation, a-t-il précisé, s’étendra aux villes de l’intérieur



Le 27/03/20 à 10:21
modifié 27/03/20 à 10:21

LES + POPULAIRES

Fonction publique/Opération contrôle physique de présence : La phase des réclamations s’ouvre le lundi 8 juin Réponse à la Covid-19 : Le chef de l'ONU appelle à la solidarité et à un "vaccin des peuples" contre le virus Covid-19 : L'OMS reprend les essais cliniques sur l'hydroxychloroquine