Musique: Aurlus Mabélé, le Roi du Soukouss emporté par le Coronavirus

Aurlus Mabélé est l'une des figures de proue de la musique Africaine des années 70
Aurlus Mabélé est l'une des figures de proue de la musique Africaine des années 70
Aurlus Mabélé est l'une des figures de proue de la musique Africaine des années 70

Musique: Aurlus Mabélé, le Roi du Soukouss emporté par le Coronavirus

Le 20/03/20 à 16:48
modifié 20/03/20 à 16:48
Le Congolais (Brazzaville), Aurlus Mabélé, créateur du genre musical Soukouss, est décédé le jeudi dernier (19 mars) en France. Un message émis par sa fille Liza Monet sur instagram en hommage à son père indique que l’artiste a été emporté par le coronavirus. « Mon papa est mort ce matin du coronavirus. Merci d’honorer sa mémoire. C’est une grande légende du Soukouss que le peuple congolais perd aujourd’hui. Je suis inconsolable et effondrée. Papa je t’aime tant...», a posté la jeune rappeuse. Aurlus Mabélé, de son vrai nom Aurélien Miatsonama fut l’un des acteurs majeurs de la scène musicale Africaine post indépendante. Dans les années 1970 et 1980, alors que la rumba impose sa loi sur toute l’Afrique, se crée en 1986 l’orchestre « Loketo ». Grâce à ce groupe composé d’Aurlus Mabélé, de son compatriote, Mav Cacharel et de Diblo Dibala, Congolais de Kinshasa, le public découvre le Soukouss. De Dakar à Dar-es-Salam, de Tunis au Cap en passant par Libreville, Yaoundé, Abidjan, Luanda, c’est toute l’Afrique qui va danser avec entrain aux rythmes du Soukouss. Le Roi du Soukouss lègue à la postérité des titres intemporels tels que Loketo show, Africa Mousso, La Femme ivoirienne, Embargo, Betty, Asta De, Evelyne et Isabelle. En 25 ans de carrière, Aurlus Mabélé aura vendu plus de 10 millions d’exemplaires à travers le monde. D’où son surnom « Roi du Soukouss ». Né en 1953 à Brazzaville, au Congo, dans le quartier de Poto-Poto, l’artiste était basé en France.

Le 20/03/20 à 16:48
modifié 20/03/20 à 16:48

LES + POPULAIRES

Coopération militaire : La France affecte un nouvel attaché de sécurité intérieure en Côte d’Ivoire Explosion de gaz : 9 personnes brûlées dont des cas graves Formation médicale continue : Bientôt un organe national de régulation dédié