Côte d’Ivoire/Espèces protégées : De 1139 éléphants dénombrés, il ne reste que 300 aujourd’hui

Tanzanie, l’effectif d’éléphants est passé de 109 000 spécimens à 43 000 (DR)
Tanzanie, l’effectif d’éléphants est passé de 109 000 spécimens à 43 000 (DR)
Tanzanie, l’effectif d’éléphants est passé de 109 000 spécimens à 43 000 (DR)

Côte d’Ivoire/Espèces protégées : De 1139 éléphants dénombrés, il ne reste que 300 aujourd’hui

Le 17/12/19 à 11:08
modifié 17/12/19 à 11:08
Près de 20 000 à 30 000 éléphants sont tués par année. L’accroissement du trafic illégal de l’ivoire menace la survie de l’espèce
L’accroissement du trafic illégal de l’ivoire menace la survie de l’espèce. Ce sont environ 300.000 éléphants qui ont été décimés en, à peine, dix ans.

Ce qui équivaut à peu près 20 000 à 30 000 éléphants qui sont tués par année pour leurs ivoires d’après des estimations du Fonds Mondial pour la Nature (WWF). Conséquence, l’espèce ne compte plus qu’un total de 415 000 en Afrique, contre 3 à 5 millions au début du siècle dernier.



En Côte d’Ivoire, de 1139 éléphants dénombrés dans 26 habitats selon les rapports réalisés entre 1987 et 2000, le nombre de pachyderme ne dépasse guère les 300 aujourd’hui.

Le déclin des éléphants est à la vitesse de l’éclair. Des pays ayant eu autrefois une forte population d’éléphants ont subi malheureusement une baisse drastique de la population de l’espèce. C’est le cas de la Tanzanie où l’effectif d’éléphants a chuté de 63% en seulement cinq ans, passant de 109 000 spécimens auparavant à un chiffre rédhibitoire de 43 000.

Si les chiffres sur la Tanzanie sont interpellant ; que dire du Gabon où 80% de la population des éléphants a disparu. Rien qu’entre 2004 et 2014, ce sont 25 000 individus qui ont été abattus dans les parcs notamment, le parc de Minkébé toujours selon WWF.

En Côte d’Ivoire, ce sont plus de 1139 qui ont été dénombrés dans 26 habitats selon les rapports réalisés entre 1987 et 2000. Aujourd’hui le nombre d’individu ne dépasse guère les 300 selon un rapport de l’Union International pour la Conservation de la Nature publié en 2016.

D’après les Ong de protection de la faune les principaux facteurs liés à la chute de l’effectif des éléphants sont entre autres l’exploitation abusive des ressources naturelles nécessaires aux éléphants du fait de l’agriculture industrielle, des occupations anarchiques de leur habitat ; mais surtout la recrudescence du commerce illégal de l’ivoire lié à la forte demande internationale en Asie.

En janvier 2018, les autorités ivoiriennes avaient démantelé un réseau sophistiqué avec la mise aux arrêts de trois trafiquants majeurs asiatiques avec près d’une demi tonne d’ivoire saisi.

Dans la même année, 8,8 tonnes d'ivoire de contrebande ont fait l’objet de saisie par les douanes chinoises et singapouriennes en provenance des marchés noirs africains. Le constat est clair, le trafic est loin de s’estomper et nous conduit vers la disparition de l’espèce.

En Côte d’Ivoire, il ne reste que 300 aujourd’hui (DR)
En Côte d’Ivoire, il ne reste que 300 aujourd’hui (DR)



Comment inverser la tendance ?

Pour freiner le trafic illégal de l’ivoire, les Ong de défense exhortent les gouvernants à lutter proprement contre la corruption. Aussi, s’agit-il de mettre en œuvre, et faire respecter les règles existantes déjà et lutter efficacement contre la criminalité organisée aux espèces protégées. Renforcer le partenariat mondial entre les pays d’origine, les pays de destination et de transit de l’ivoire. Mais l’un des moyens sûrs pour inverser la tendance est l’application effective des lois fauniques, sans oublier de les corser afin de répondre aux normes internationales.

Rendre, désormais, les peines plus dissuasives

Les autorités ivoiriennes veulent frapper fort en rendant l’actuelle peine moins dissuasive à plus dissuasive désormais. C’est pourquoi le Ministère des Eaux et Forêts a initié les 8 et 9 du mois d’août dernier, un atelier national d’analyse et de validation des textes sur l’avant-projet de loi relative à la faune. Avec ses partenaires, ils se sont planchés sur la révision de l’actuelle loi sur la faune.

Une bonne nouvelle sans doute pour les Ong de protection d’animaux sauvages car si le projet de loi est adopté, un trafiquant d’ivoire pourrait par exemple désormais être puni d’une peine d’emprisonnement allant de 10 à 20 ans et d’une amende de 10.000.000 à 100.000.000 francs CFA ou de l’une des deux peines pour toute infraction liée à la future législation.

Le commerce illégal de défenses d’éléphant est malheureusement aujourd’hui en constante augmentation car il est lucratif. Rien qu’à lui seul, il pèse de plus 3 milliards de dollars par an avec pour principal marché, la Chine. Le commerce international de l’ivoire est déclaré illégal depuis 1989.

Source : Eagle Côte d’Ivoire



Le 17/12/19 à 11:08
modifié 17/12/19 à 11:08

LES + POPULAIRES

Lutte contre le cancer du sein: Les femmes de Fraternité Matin sensibilisées aux dangers de la maladie Année universitaire 2021-2022 : L’Etat lance le renouvellement et l’attribution des bourses d’études Lutte contre les mutilations génitales : Un institut médico-psychosocial inauguré