Yéo Martial (Ex-directeur technique national) : “ Ils nous ont donné l’occasion de nous remémorer l’immense bonheur vécu en 1992 ’’
  • Accueil
  • Sports
  • Yéo Martial (Ex-directeur technique national) : “ Ils nous ont donné l’occasion de nous remémorer l’immense bonheur vécu en 1992 ’’

Yéo Martial (Ex-directeur technique national) : “ Ils nous ont donné l’occasion de nous remémorer l’immense bonheur vécu en 1992 ’’

vendredi, 10 mai 2013 22:15

Après la cérémonie d’hommage aux éléphanteaux champions d’Afrique, mercredi, au Palaisprésidentiel, l’entraîneur des éléphants seniors qui ont remporté la Can de 1992, se souvient…

Que représente pour vous cette cérémonie d’hommage aux Eléphanteaux cadets sacrés champions d’Afrique?

La réception à laquelle nous venons d’assister réveille en moi le beau souvenir de la consécration  de la sélection séniors, lors de la Coupe d’Afrique des nations, au Sénégal. Comme le Chef de l’Etat  le fait aujourd’hui, nous avions été accueillis, à l’époque, par le Président Houphouët, avec tous les honneurs. Merci aux jeunes gens, aux membres de l’encadrement technique, aux responsables de la Fédération ivoirienne de football  de nous avoir donné l’occasion de nous  remémorer l’immense bonheur que nous avions connu, il y a 21 ans.

En votre qualité de technicien d’expérience, quel jugement portez-vous sur cette jeune équipe à laquelle personne ne s’attendait ?

J’ai envie de dire que cette équipe des Eléphanteaux a eu le même parcours que celle que nous avons conduite au sacre continental, au Sénégal. Partis sur la pointe des pieds, les poulains de Kamara Ibrahim ont bravé les difficultés pour revenir avec le trophée tant espéré par les Ivoiriens, après une longue attente. Les jeunes gens, sans tambour ni trompette, ont réalisé le parcours parfait. Ma satisfaction est grande, d’autant qu’ils ont permis à la Côte d’Ivoire de prendre une belle revanche sur le Nigeria qui, lors de la dernière Can en Afrique du Sud, avait brisé le rêve des Eléphants dans une compétition où ils étaient les grands favoris. C’est tout à l’honneur de la Fédération qui a eu confiance en ces jeunes talents qui, par ce sacre, ouvrent de belles perspectives pour le football ivoirien.

Cette équipe a-t-elle un avenir, quand on sait que le suivi reste le véritable problème du football ivoirien ?

Bien sûr qu’elle a un avenir. Mais pour ce faire, elle doit se remettre au travail,  afin de rester sur sa lancée. C’est par un travail soutenu, une bonne organisation que les grandes nations de football se sont construites. Comme le Président de la République l’a dit, toutes les disciplines seront dotées d’infrastructures de qualité. Les équipes ivoiriennes devront saisir cette opportunité pour  être performantes. C’est à ce prix que d’autres trophées, comme celui que nous fêtons aujourd’hui, seront remportés.

Quels conseils prodiguez-vous à ces champions qui, dans quelques mois, iront défendre les couleurs ivoiriennes à la phase finale de la Coupe du monde ?

Je leur demande de travailler et d’être humbles. Les équipes qui font leurs ces deux vertus ont de fortes chances d’honorer leur participation, avec satisfaction. Pour dire que si la préparation est entamée très tôt, sérieusement et avec détermination, les Eléphanteaux auront leur mot à dire au rendez-vous des Emirats arabes unis.

Interview réalisée par

 D. Mohamed

 

Lu 1451 fois Dernière modification le vendredi, 10 mai 2013 22:17