• Accueil
  • Sports
  • Organisation de la Can 2023 : Le Cocan déterminé à livrer les infrastructures décembre 2020

Organisation de la Can 2023 : Le Cocan déterminé à livrer les infrastructures décembre 2020

samedi, 09 février 2019 13:03
Organisation de la Can 2023 : Le Cocan déterminé à livrer les infrastructures décembre 2020 Crédits: DR.

S’appuyant sur l’adage qui dit qu’à quelque chose, malheur est bon, Lambert Kessé-Feh pense que d’ici à 2023, le temps aura travaillé pour ramener la cohésion au niveau national et à l’intérieur de la grande famille du football.

 Organisation de la Can 2023 : Le Cocan déterminé à livrer les infrastructures décembre 2020

Malgré le glissement opéré par la Confédération africaine de football (Caf), Lambert Kessé-Feh, le patron du Comité d’organisation, en Côte d’Ivoire, de la 34e édition de la Coupe d’Afrique des nations de football  et son équipe ne baissent pas les bras. Jeudi, sur les antennes de la télévision nationale (Rti1), Lambert Kessé-Feh a réitéré la détermination de la Côte d’Ivoire à livrer les infrastructures fin 2020. « Le Président de la République a donné des instructions et nous poursuivons l’exécution du programme d’activités dans la perspective d’une Can en 2021 dans notre pays. J’insiste : toutes les infrastructures seront livrées le 31 décembre 2020», a soutenu le patron du désormais Cocan 2023 qui a profité de l’occasion pour répondre aux préoccupations des Ivoiriens. Notamment le sort des installations qui seront livrées en 2020. « Nous savions que ce glissement de notre Can, de 2021 à 2023, comporterait des conséquences. Notamment des surcoûts d’organisation et d’entretien des installations qui auront été créées. Forcément, un stade construit en 2020 ne peut pas se trouver dans le même état en 2023. Nous avons notre petite idée sur la question », a-t-confié. Le président du Cocan évoque l’organisation de galas ou d’autres compétitions officielles de la Caf, notamment dans les catégories de jeunes ou féminines. « Il s’agit, par exemple, de s’appuyer sur les collectivités locales pour l’entretien des stades. En tout cas, nous réfléchissons à des activités et des animations sous différentes formes », a expliqué Lambert Kessé-Feh qui, au lieu de créer des villages Can avec des villas cossues, pense sérieusement à des hôtels 3 et 4 étoiles. Pour cela, dit-il, « l’Etat doit intervenir pour encourager l’initiative privée ».

A part cela, le conseiller spécial ministre et du président de la Fif, connu pour sa passion pour le sport, est convaincu que les Ivoiriens vont très vite s’approprier cette fête. « Cette Coupe d’Afrique est un événement qui appartient à tous les Ivoiriens. La Côte d’Ivoire est une terre accueillante et chaleureuse. En tout cas, à notre niveau, nous sommes en train de faire les choses en grand et je peux dire que cette fête de la jeunesse restera éternellement dans les esprits », a-t-il rassuré. Pour cela, selon lui, « il faut qu’il y ait la paix. Car on ne peut pas réussir une telle fête dans l’animosité et la division ».

S’appuyant sur l’adage qui dit qu’à quelque chose, malheur est bon, Lambert Kessé-Feh pense que d’ici à 2023, le temps aura travaillé pour ramener la cohésion au niveau national et à l’intérieur de la grande famille du football. « C’est pour cela que je me réjouis que le ministre des Sports, Danho Paulin, ait pris à bras-le-corps la question de la réconciliation entre les différents acteurs du sport-roi. Il faut que l’on parvienne à un dépassement de soi, à taire son ego afin de voir l’intérêt général », a-t-il conclu, rappelant que tous ces dirigeants en palabres étaient auparavant les meilleurs amis du monde.

PAUL BAGNINI