Oissu : Les jeux sont lancés

mercredi, 15 mai 2013 23:02

Deux mille athlètes dont 1 152 garçons ont répondu à l’appel des organisateurs, depuis hier, à Gagnoa.

La cérémonie d’ouverture des Jeux scolaires et universitaires de l’Office ivoirien des sports scolaires et universitaires (Oissu) a eu lieu hier, au stade Biaka Boda de Gagnoa, en présence des autorités politiques et administratives de la ville, notamment le Préfet de la région du Gôh, N’zi Kanga Rémi, président du Comité local d’organisation de l’événement.

Ce sont au total 89 équipes de plus de 25 régions du pays qui prennent part à ces phases finales qui devront désigner, au soir du 24 mai, les champions Oissu de l’année.  C’est dans une ambiance de fête et de retrouvailles que le ministre de la Promotion de la jeunesse, des Sports et Loisirs, Alain  Lobognon, a déclaré ouverts , ces Jeux qui interviennent 20 ans après la dernière édition qui a eu lieu, en 1993, à Yamoussoukro, sous la présidence effective d’Alassana Ouattara, à l’époque, Premier ministre du Président Houphouët Boigny.

Deux mille athlètes dont 1152 garçons communient, depuis hier, à Gagnoa. Considérées comme le champ privilégié de détection et de sélection pour le mouvement sportif civil et la formation d’équipes nationales scolaires et universitaires compétitives, ces retrouvailles sportives nationales ont été l’occasion pour le directeur général de l’Oissu, Koné Mamadou Souleymane, de rappeler les motivations de cette nouvelle configuration initiée par le ministère de la Promotion de la jeunesse, des Sports et Loisirs. «Le déroulement des différentes phases de cette saison a été animé par la formalisation du mouvement sportif scolaire et universitaires avec la création des associations sportives d’établissement (Ase)», a expliqué Koné Souleymane.

En attendant la mise en place des structures du Mouvement sportif scolaire et universitaire (Mssu) qu’il appelle de tous ses vœux afin de rendre opérationnelles les ligues, les fédérations et la Confédération nationale des sports scolaires et universitaires. Le développement du sport moderne nécessitant d’importants moyens et ressources que l’Etat, confronté à de nombreux défis qu’il ne peut toujours relever, il a invité les partenaires publics et privés qui croient au sport comme moyen de pacification, de rapprochement des populations, d’insertion socio-économique des jeunes  à accompagner l’Oissu dans sa mission. «C’est à ce prix que naîtra une Côte d’Ivoire réellement sportive», a conclu le patron des sports scolaires et universitaires.

A sa suite, les partenaires des secteurs éducations-formations notamment Nicolas Effimbra, directeur de la Vie scolaire, représentant le ministre de  l’Education nationale, Kandia Camara, a insisté pour que le sport, qui constitue un maillon essentiel dans l’éducation socio-éducative, soit doté de moyens suffisants ; afin que l’année prochaine, le chiffre de 500 000 licenciés soit atteint à l’Oissu.

Selon Nicolas Effimbra, le ministre de l’Education nationale les a  instruits afin de faire du sport à l’école, un axe stratégique pour la formation physique, morale et humaine des enfants et que par le partenariat avec l’Office ivoirien des sports scolaires et universitaires, l’on puisse détecter des talents.

Paul Bagnini

Envoyé spécial, à Gagnoa

 

Read 1068 times Last modified on mercredi, 15 mai 2013 23:07