• Accueil
  • Sports
  • Ligue1 (Bilan de la première phase) : Le cahier de charges obligatoire la saison prochaine

Ligue1 (Bilan de la première phase) : Le cahier de charges obligatoire la saison prochaine

vendredi, 11 janvier 2019 09:44
Ligue1 (Bilan de la première phase) : Le cahier de charges obligatoire la saison prochaine Crédits: DR.

Une mesure qui, selon le président de la Ligue professionnelle, permettra d’éviter les problèmes récurrents sur les difficultés des clubs à respecter leurs engagements envers les joueurs et les entraîneurs. « Beaucoup de plaintes ont été déposées par des joueurs et entraîneurs.

Ligue1 (Bilan de la première phase) : Le cahier de charges obligatoire la saison prochaine

Sory Diabaté, le président de Ligue professionnelle a animé, mercredi dernier, une conférence pour faire le bilan de la mi-saison.

En marge du bilan de la première phase du championnat national de Côte d’Ivoire, le président de la Ligue professionnelle de football, a livré un message fort aux clubs et à l’ensemble des sportifs ivoiriens. « Désormais, les résultats sportifs seuls ne suffiront plus, les clubs qui ne rempliront pas le cahier de charges que nous leur soumettrons, ne participeront pas à la Ligue 1 », a-t-il déclaré. Evoqué depuis quatre ans, l’application du cahier de charges pour les clubs de la Ligue1, sera effective lors de la saison 2019-2020. « Nous avons discuté avec les clubs qui travaillent sur le projet. Ils vont nous apporter la mouture finale au plus tard le 31 janvier », a ajouté Sory Diabaté. Une mesure qui, selon le président de la Ligue professionnelle, permettra d’éviter les problèmes récurrents sur les difficultés des clubs à respecter leurs engagements envers les joueurs et les entraîneurs. « Beaucoup de plaintes ont été déposées par des joueurs et entraîneurs. Il faut que nous prenions nos responsabilités », a-t-il précisé.

Première phase satisfaisante

Evoquant le bilan de la première phase du championnat, le président de la Ligue professionnelle, s’est dit satisfait dans l’ensemble. « Il n’y a pas eu de litige et de contestation par rapport à l’arbitrage. Il n’y a également pas eu de problème majeur avec les clubs et tout le monde est satisfait ». Pour Sory Diabaté, la bonne connaissance des règlements de la compétition par les secrétaires généraux est l’une des raisons de cette situation. Au niveau des statistiques de ces trois mois de compétition (7 septembre au 9 décembre), l’on retient, pour l’essentiel, que 194 buts ont été inscrits en 91 matches, contre 170, la saison dernière. On note également une faible affluence dans les stades, avec 23 933 entrées payantes, contre 33404 la saison dernière. L’absence des équipes telles que le Séwé et le Stade, reléguées en deuxième division, mais également le mauvais début de saison de certains ténors du championnat comme l’Africa, expliquent, selon le vice-président de la Fif, cette faible affluence. Il faut souligner que le stade Robert Champroux a enregistré le plus d’entrée payante parmi les sept stades qui ont été sollicités pour cette première phase (10 911 spectateurs en 41 matchs)

Bilan financier

Les frais d’organisation  pour cette première phase de la Ligue 1, s’élèvent à 74 020 000 F Cfa, ce qui fait une moyenne de 6 millions de Fcfa, par journée. « Ça a baissé un peu par rapport aux saisons dernières du fait de nos accords avec la télévision nationale qui produit nos matchs », a précisé Sory Diabaté. La saison, ce sont 75 482 000 Fcfa qui ont été dépensés lors de la première phase. Au niveau des recettes, la Ligue professionnelle de football a encaissé pour 74 millions de dépense,  15 337 000 Fcfa.  Cette somme se repartie comme suit : 5 004 200 Fcfa pour les 14  clubs de l’élite contre 10 647 000 Fcfa perçu l’année dernière. La Fif, elle, a perçu seulement 1 207 400 FCfa, contre 3 361 000 Fcfa, la saison dernière. De façon individuelle, au niveau des clubs, c’est l’Asec mimosas qui a la plus grosse part avec 1. 212 500 Fcfa, contre 910 000 Fcfa pour l’Africa Sports. La plus faible part revient à l’Asi d’Abengourou avec seulement 155 600 Fcfa.

Pour soulager les clubs qui ne gagnent pratiquement rien dans les recettes de match, il y a les droits télé, grâce au partenariat avec le diffuseur. Ainsi chaque club a perçu 70 millions de Fcfa. La deuxième tranche (35 millions FCfa) de cette somme a été payée mercredi. Il ne reste à payer aux clubs que 5 millions de FCfa, représentant l’apport du sponsor leader de la compétition.

La suite du calendrier et les innovations

Pour les grandes dates de la saison, on retient que la reprise de la Ligue 1 est prévue le 26 janvier. La finale de la Coupe de la Ligue se disputera le 23 janvier, au stade Robert Champroux, en présence d’un ancien footballeur africain. Les éliminatoires de la Coupe nationale débutent le 15 février et la finale est prévue en mai. La fin du championnat de Ligue1, a été programmée le 5 mai 2019 et la finale de la Supercoupe le 6 août.

La nouvelle saison 2019-2020, elle, démarrera le 1er septembre. En termes d’innovations, la Ligue professionnelle prévoit un nouveau trophée avec une identité, Ligue professionnelle de Côte d’Ivoire, pour le champion de Côte d’Ivoire. Un trophée qui aura 30 répliques en miniature pour récompenser l’ensemble des joueurs qui figurent sur la liste.

Céleste Kolia

 

Read 191 times Last modified on vendredi, 11 janvier 2019 09:49