• Accueil
  • Sports
  • Election à la Fikda: Me Baï Patrice dévoile ses ambitions

Election à la Fikda: Me Baï Patrice dévoile ses ambitions

mercredi, 11 septembre 2019 17:31
Election à la Fikda: Me Baï Patrice dévoile ses ambitions Crédits: DR

Les karatékas ivoiriens vont choisir leur nouveau président le 14 septembre, à la faveur d’une assemblée générale élective.

Candidat à la présidence de Fédération ivoirienne de Karaté et disciplines associées (Fikda), Me Baï Patrice était face à la presse mardi pour dévoiler ses motivations, mais également pour relever quelques inquiétudes quant à l’organisation de cette élection. Notamment en ce qui concerne la liste électorale. Se considérant comme l’un des plus anciens du karaté ivoirien, il brigue la présidence pour, selon lui, apporter un souffle nouveau à cette discipline qui lui a beaucoup donné. « Je suis un passionné du Karaté que je pratique depuis l’âge de 10 ans », a-t-il révélé. Et d’ajouter : « J’ai pris l’engagement pour aider le karaté à se faire respecter et pour qu’il soit mieux organisé ».

Mais pour lui, la liste électorale demeure la grande préoccupation. «Nous avons remarqué des anomalies sur la liste. Elle a été compilée à notre insu. Toutes nos tentatives pour l’avoir plus tôt sont restées vaines. En 2018, il y avait 197 clubs, en 2019, la fédération nous annonce 224 clubs.

Et selon elle, après avoir compilé les listes, on se retrouve à 241 clubs. Cela est impossible. Nous estimons que ce chiffre devait être en dessous de celui que la fédération vient de communiquer, parce qu’il y a des clubs qui ne sont pas à jour.

C’est une liste à problèmes », a expliqué Me Baï. Entourés de quelques anciens lors de sa conférence, le candidat à la présidence de la Fikda s’en est remis à Soumahoro Mamadou, président de la conférence des présidents de clubs pour qu’une issue favorable soit trouvée pour la liste, mais également pour toutes les conditions relatives à l’organisation de cette élection.

Il a également appelé à la bonne foi des uns et des autres et plaidé pour que cette élection se déroule dans de bonnes conditions. « Nous n’avons pas peur d’aller aux élections. Nous allons gagner, quelle que soit la liste qui sera arrêtée. Nous voulons seulement que les choses se passent bien.

En dénonçant cette liste et les conditions de l’organisation de cette élection, c’est une leçon que nous voulons laisser à nos enfants », a-t-il affirmé, très confiant.

Céleste Kolia