• Accueil
  • Sports
  • Blé Guirao (directeur général du Crou A-1): ‘’On ne veut pas tuer l’Auc’’

Blé Guirao (directeur général du Crou A-1): ‘’On ne veut pas tuer l’Auc’’

samedi, 03 août 2019 18:08
Blé Guirao (directeur général du Crou A-1): ‘’On ne veut pas tuer l’Auc’’ Crédits: DR

Pourquoi organiser un séminaire juste pour trouver une plate-forme commune aux différentes associations de l’université de Cocody ?

Nous avons trouvé une situation due au fait que la Côte d’Ivoire qui avait une seule université en a plusieurs aujourd’hui. Quelle est donc la structure qui a à charge le sport et qui dépend de la présidence de l’université et du Crou ? Il y avait trois structures en face. Il fallait donc les mettre ensemble afin d’avoir un interlocuteur fiable, valable et unique. Nous avons évoqué ce séminaire depuis le mois de mars et grâce à l’Oissu et à la Douvag, nous avons réussi à y convier ces trois structures.

L’existence de l’Auc n’est-elle pas menacée dans ce nouveau paysage universitaire ?

Nous n’avons aucune intention de faire disparaître l’Auc ou qui que ce soit. L’Etat de Côte d’Ivoire, dans un volet de son plan social, a décidé d’accorder une place importante à la jeunesse et l’université Félix Houphouët-Boigny bénéficie d’une subvention dans ce sens. Nous voulons mieux organiser les associations sportives sur le campus afin de pouvoir les accompagner efficacement. Il s’agit de les réunir toutes sous les ordres d’une structure unique fédérative à dénomination consensuelle. Laquelle va représenter l’université Félix Houphouët-Boigny à toutes les compétitions sportives.

Pensez-vous avoir atteint l’objectif visé par ce séminaire ?

Vous avez été témoin, tout s’est bien passé. Nous avons enregistré quatre propositions. Dans les prochains jours, nous allons vous dévoiler la dénomination exacte de cette structure. Parce que nous devons être présents à toutes les compétitions de sport dans le pays, notamment celles de l’Oissu dont le directeur général était avec nous dans la salle. Je voudrais remercier la présidence de l’université et la Douvag qui nous ont apporté un soutien inestimable.

Propos recueillis par
P. BAGNINI