• Accueil
  • Sports
  • Athlétisme/spécialité saut: des entraîneurs et athlètes renforcent leurs capacités

Athlétisme/spécialité saut: des entraîneurs et athlètes renforcent leurs capacités

vendredi, 18 avril 2014 15:05

Cette fois, il s’agit du saut avec Moussa Fall, un expert français de notoriété. Ancien athlète de haut niveau, il détient à ce jour le record du saut en hauteur homme du stade Houphouet Boigny (2,20m) réalisé en 1982. «Il va contribuer à aider à l’amélioration des compétences techniques de nos entraîneurs et encadreurs.

Athlétisme/spécialité saut: des entraîneurs et athlètes renforcent leurs capacités

10 entraîneurs et 15 athlètes des différentes ligues de la Fédération ivoirienne ivoirienne d’athlétisme (Fia) participent depuis le mardi 15 avril à un stage de formation d’entraîneur spécialité saut, au stade Félix Houphouet Boigny. Cette formation qui s’inscrit dans le cadre du programme quadriennal de la fédération, intervient après la formation sur le sprint en janvier 2014, animée par l’expert allemand Ralph Mouchebahani.

Cette fois, il s’agit du saut avec Moussa Fall, un expert français de notoriété. Ancien athlète de haut niveau, il détient à ce jour le record du saut en hauteur homme du stade Houphouet Boigny (2,20m) réalisé en 1982. «Il va contribuer à aider à l’amélioration des compétences techniques de nos entraîneurs et encadreurs. L’athlétisme est une discipline complexe où chaque épreuve est une spécialité pour laquelle il faut un entraîneur spécialisé. Nous avons un besoin énorme en formation. Nous avons souhaité qu’il y ait plusieurs ligues mais chaque ligue doit avoir une centre d’entraînement. Et dans ces centres, il faut des entraîneurs de spécialité pour faire convenablement le travail de base», a expliqué le président de la Fia Nicolas Debrimou, hier jeudi 17 avril à l’ouverture officielle du stage au stade FH Boigny.


 Et de préciser que si l’on veut aussi que la formation soit efficace, il faut combler le déficit en matériel et équipements. Le président Debrimou a plaidé auprès du ministère des Sports, représenté par Koné Salif, directeur de l’Office national des sports (Ons), pour que les centres soient dotés en équipements. «Parce que le sport de haut niveau ce n’est pas une affaire de génération spontanée mais le travail». Aussi, le président de la Fia a-t-il invité les participants à profiter de cette formation. Moussa Fall s’est dit honoré d’offrir cette formation gratuitement à la Côte d’Ivoire, le pays qui l’a révélé. «Le projet de la fédération m’a séduit, j’ai donc souhaité venir donner ce que la Côte d’Ivoire m’a donné.

C’est une joie pour moi de rendre à César ce qui appartient à César avec des gens ambitieux. La Côte d’Ivoire est une partie de moi, je vais donc porter ma pierre à la construction de l’édifice au niveau de la formation des entraîneurs et de l’entraînement», a-t-il dit. Il sera soutenu dans sa tâche par l’ivoirienne N’da Lucienne, ancienne championne de Côte d’Ivoire, recordwoman d’Afrique du saut en hauteur. Face aux doléances de la fédération, le directeur de l’Ons s’est voulu rassurant. Il a salué l’initiative de la Fia «parce qu’on peut pas avoir des athlètes de haut niveau si les entraîneurs n’ont pas le niveau requis». «Nous feront en sorte de mettre les moyens dont vous avez besoin pour votre mission», a promis Koné Salif qui a dit merci à l’expert pour sa contribution au développement de l’athlétisme ivoirien.

Source:Fédération Ivoirienne d’Athlétisme