« On avait prévu 850 élèves,mais on a enregistré 865. On a fait le choix de limiter les élèves dans chaque classe pour que les conditions de l’enseignement soient les meilleures possibles. Et les salles de documentation sont également installées », a-t-il précisé.
« Passé le délai de 21 jours, s’il ne développe aucun symptôme, il sera libre de rejoindre sa famille », a précisé Dr. Coulibaly. Il réagissait ainsi à la rumeur qui a alimenté le week-end, faisant état de la présence d’un cas suspect de malade d’Ebola au Centre hospitalier régional…
 A sa sortie d’audience, Mme Mindaoudou a déclaré avoir indiqué au Président Ouattara que l’Opération des nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci) accompagnera le gouvernement ivoirien dans la lutte contre l’Ebola.
Toute chose qui a fait dire à son représentant, Touré Moussa, que la mairie ne pouvait que s’associer à cet événement dont le thème est capital pour la Côte d’Ivoire. Qui d’après les médias a perdu près de 80% de sa couverture forestière depuis les années 1970.
Rappelons qu’après une longue crise qu’a traversée ce village, une journée de réconciliation a été organisée le 21 août dernier, en vue de rapprocher les deux camps en conflit.
Toutefois, « il est recommandé aux adultes des activités d’intensité modérée, dont l’exemple type est la marche (au moins 30 à 45 minutes chaque jour) », précise-t-elle.
Cette feuille a pour objectif "de mettre fin à la transmission partout dans le monde dans les six à neuf mois, tout en gérant rapidement les conséquences de toute nouvelle propagation internationale éventuelle".
Selon des témoins, la victime, agent de sécurité, tentait de traverser le boulevard De Gaulle, précisément au niveau du carrefour de l’indénié, quand il a été surpris par le véhicule qui roulait à vive allure. Il a été entraîné sur une dizaine de mètres avant de rendre l’âme.
Selon Ouattara Anne Marie, une connaissance de la victime, dans la nuit du jeudi 21 août, Ouattara Aminata reçoit un appel d’une personne qui était sensée lui trouver du travail.