Université Félix Houphouët-Boigny: Affrontement entre des étudiants de la Fesci et des forces de l’ordre
  • Accueil
  • Société
  • Université Félix Houphouët-Boigny: Affrontement entre des étudiants de la Fesci et des forces de l’ordre

Université Félix Houphouët-Boigny: Affrontement entre des étudiants de la Fesci et des forces de l’ordre

mardi, 11 septembre 2018 14:14
Université Félix Houphouët-Boigny: Affrontement entre des étudiants de la Fesci et des forces de l’ordre Crédits: DR

Pour l’heure, « aucun blessé, ni des dégâts matériels enregistrés », a-t-il affirmé.

Université Félix Houphouët-Boigny: Affrontement entre des étudiants de la Fesci et les forces de l’ordre

L'Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan-Cocody (Ufhb), communément appelée le temple du savoir, s'est transformée ce mardi 11 septembre en un champ de bataille. Où des forces de l'ordre et des étudiants membres de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci) se sont affrontés. Démarré aux environs de 09h (heure locale), cet affrontement s'est poursuivi encore jusqu’à 13h. Les deux protagonistes se lançaient des projectiles.

« Des gaz lacrymogènes tirés rendent l'air irrespirable... », a aussi rapporté un témoin. Avant de laisser entendre que "les frais annexes au niveau des inscriptions" sont relevés par certains étudiants comme l'une des causes principales de cette crise.

Joint par téléphone, un responsable du bureau national de la Fesci, qui a requis l’anonymat, a expliqué que « l’augmentation des frais annexes au niveau de l’inscription dans les collèges et lycées, est l'une des raisons de cette manifestation. Ce mardi matin, le mouvement avait décidé d’investir les différents collèges et lycées pour contester cette décision du Comité de gestion des établissements scolaires (Coges). »

Pour l’heure, « aucun blessé, ni des dégâts matériels enregistrés », a-t-il affirmé.

"Il n'y a pas eu de cours ce jour à cause des troubles. Pour ma sécurité, j'ai décidé de regagner la maison", a témoigné M. Florentin Kouassi, étudiant en Master à l'Ufr Sciences économiques. Certains étudiants ont plutôt choisi de regagner leur chambre. "Là-bas nous serons plus en sécurité", a justifié l'étudiant Assin.

Par ailleurs, notons que ces troubles qui ont démarré dans l’enceinte de l’Université se sont propagés aux alentours  du Centre hospitalier universitaire (Chu) de Cocody.

Isabelle Somian
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

Lu 558 fois Dernière modification le mardi, 11 septembre 2018 16:03