Santé Publique: 120 malades mentaux graves dans les rues d'Abidjan

Santé Publique: 120 malades mentaux graves dans les rues d'Abidjan

lundi, 18 mars 2013 00:00
Les malades mentaux dont les cas sont graves et déjà identifiés, peuvent être rattrapés et soignés Les malades mentaux dont les cas sont graves et déjà identifiés, peuvent être rattrapés et soignés

[ 18-03-2013. 18h15]Le manque de médicaments et la nourriture de mauvaise qualité constituent les difficultés auxquelles est confronté l’hôpital psychiatrique

Santé Publique: 120 malades mentaux graves dans les rues d'Abidjan

Environ 120 malades mentaux dont les cas sont extrêmement prononcés, ont été identifiés dans le district d’Abidjan par les services de l’hôpital psychiatrique de Bingerville. Ce chiffre en hausse ces derniers jours est dû à la grave crise post-électorale qu’a connue la Côte d’Ivoire. « Nous recevons par jour en moyenne 100 malades mentaux ». Ces informations ont été livrées au cours d’un entretien accordé à fratmat.info ce 18 mars par le directeur de l’hôpital psychiatrique de Bingerville, Bady Kouangoua Bertin.

Pour lui, le malade mental constitue un réel problème de sécurité publique parce que pouvant réagir violemment. Bady Kouangoua rassure que ces malades mentaux dont les cas sont graves et déjà identifiés, peuvent être rattrapés et soignés si sa structure dispose de moyens adéquats.

C’est pourquoi, il invite les autorités ivoiriennes à instituer un cadre de collaboration entre le groupement des sapeurs-pompiers militaires (Gspm) et sa structure. « Que l’État dote les sapeurs-pompiers en carburant pour rattraper ces malades mentaux, puis les transférer à nos services où 15 médecins compétents sont disposés à les soigner », relève-t-il.

Le directeur de l’hôpital psychiatrique promet s’impliquer afin de réaliser, d’une part, aux côtés des autorités ivoiriennes, la promesse « 2013, année de santé en Côte d’Ivoire » et d’autre part, contribuer à faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020. L’hôpital psychiatrique s’est récemment doté de 200 matelas.

Le manque de médicaments et la nourriture de mauvaise qualité constituent les difficultés auxquelles est confronté l’hôpital psychiatrique. « Le budget pour les médicaments est de 10 millions de francs cfa. Pour la nourriture, il est passé de 60 millions de francs cfa en 2009 à 35 millions de francs cfa en 2012. Notre budget de fonctionnement était de 125 millions de francs cfa en 2012.

Pour cette année, il passe à 85 millions de francs cfa. C’est insuffisant », estime Bady Kouangoua. L’hôpital psychiatrique de Bingerville a été créé en 1962. Il est la seule structure étatique qui s’occupe des malades mentaux.

Diomandé Mémoué

Lu 4789 fois Dernière modification le lundi, 18 mars 2013 19:43