Recrutement dérogatoire: Un ‘‘geste de portée sociale’’ salué par les handicapés

jeudi, 15 janvier 2015 16:42

[15-01-2015. 18h00] Selonle président de la fédération, cette annonce du gouvernement sonne comme un ouf de soulagement pour les personnes handicapées. Car le dernier recrutement par dérogation des personnes handicapées à la fonction publique date de 2008. Avec le nombre d’années écoulées, ce sont donc près de 1500 postulants qui sont en course pour 300 places disponibles à la Fonction publique.

 

 

 

Recrutement dérogatoire : Un ‘‘geste de portée sociale’’ salué par les handicapés

« Dans la continuité des actions du gouvernement en faveur des personnes handicapées, le conseil a donné son accord pour porter à 300 (au lieu de 94 prévus initialement) le nombre de postes budgétaires prévus pour le recrutement dérogatoire des personnes en situation de handicap dans la Fonction publique ».

Cette décision du conseil des ministres du mercredi 14 janvier 2015 a été saluée  par la Fédération nationale des associations pour la promotion des handicapés physiques et accidentés de travail de Côte d’Ivoire (FE.NA.H.P.A.T-CI).

Son président Koné Aboubacar a, dans une déclaration à la presse, à Abidjan-Plateau, ce jeudi 15 janvier 2015, remercié le Chef de l’Etat Alassane Ouattara pour ce « geste de haute portée sociale ». Également, il a exprimé sa profonde gratitude à Koné Krouwelé Victorien, directeur de la promotion des personnes handicapées.

Selonle président de la fédération, cette annonce du gouvernement sonne comme un ouf de soulagement pour les personnes handicapées. Car le dernier recrutement par dérogation des personnes handicapées à la fonction publique date de 2008. Avec le nombre d’années écoulées, ce sont donc près de 1500 postulants qui sont en course pour 300 places disponibles à la Fonction publique.

A l’en croire, à part cette action du gouvernement, il devient de plus en plus difficile pour ces personnes de s’insérer dans la vie socio-économique.

Par ailleurs, les personnes handicapées ont exhorté l’Etat à mettre en œuvre l’application de la convention des Nations Unies  relative  aux droits des personnes en situation de handicap. Ce, afin d’améliorer leurs conditions de vie.


CHEICKNA D. Salif
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.