• Accueil
  • Société
  • Programme « Communau’Terre »/Gisèle Dutheuil : "Les villageois peuvent aider le gouvernement à la certification foncière"

Programme « Communau’Terre »/Gisèle Dutheuil : "Les villageois peuvent aider le gouvernement à la certification foncière"

lundi, 05 novembre 2018 12:48

Programme « Communau’Terre »/Gisèle Dutheuil :  "Les villageois peuvent aider le gouvernement à la certification foncière"

Audace Institut Afrique qui bénéficie d’un financement de la Fondation Friedrich Naumann conduit depuis 2016, un programme intitulé « Communau’Terre » dans le cadre de la gouvernance foncière dans les villages en Côte d’Ivoire.

Gisèle Dutheuil, présidente d'Audace Institut Afrique et Sosthène Koffi, chargé de programme foncier rural à la Fondation Friedrich Naumann ont dressé, le 2 novembre 2018, à Abidjan-Cocody le bilan de cet nouvel outil de gestion au service de la chefferie. « Contrairement à ce que l’on croit parfois, les villageois peuvent aider le gouvernement à la certification foncière », a indiqué Mme Dutheuil avant d’exhorter à revoir toutes les méthodologies  en incluant davantage les villageois pour mieux avancer dans la gouvernance foncière. Voir vidéo.

Ce programme, a souligné Mme Dutheuil, vise à établir le registre communautaire ou encore une carte du village  sur laquelle sont enregistrés les droits fonciers des villageois, à savoir les droits de propriété coutumière et contrats d’usage. Et d’ajouter que cet outil a pour but de clarifier les droits de chacun et de réduire ainsi les conflits.

Le programme « Communau’Terre » a indiqué M. Koffi a été mené dans quatre villages dans la zone de Guiglo (Yaoudé, Goaya1) et deux autres dans la région de Sinfra (Barata et Manoufla S). Pour connaitre l’impact du programme  dans ces quatre villages pilotes, une une enquête a été réalisée sur un échantillon de 330 individus, hommes et femmes, autochtones (56%) et étrangers au village (44%).

Selon les résultats de cette enquête, M. Koffi a fait remarquer que 99% des personnes interrogées pensent qu’il est important de reprendre l’histoire du village depuis sa création pour mieux comprendre la situation foncière actuelle. L’enquête note que 96 % des personnes sont satisfaites des délimitations réalisées dans le cadre du programme et 99% pensent que la délimitation du village est importante pour réduire les conflits entre villages et qu’il est important de délimiter les terres familiales.

Poursuivant, il a soutenu que ce travail a entrainé un changement de mentalité dans les villages. « Certes nous n’avons pas encore assez de recul pour évaluer l’impact sur le nombre des conflits puisque le programme vient d’être terminé en juillet. Cependant 83% pensent que ça va éliminer tous les conflits », a-t-il indiqué.

Ce programme qui constitue une véritable étape vers la certification, a été l’occasion pour Audace Institut Afrique et  la Fondation Friedrich Naumann de lancer un appel à l’endroit de l’administration. « Sachant que l’Agence Foncière Rurale est en train de revoir toutes les procédures et le coût de la certification foncière, le contexte plus accessible pourrait aider à décider tous ces propriétaires coutumiers à engager la procédure. Si l’on pose la question aux villageois, le prix moyen qu’ils sont prêts à payer pour un certificat foncier est de 17 000 fcfa par hectare », estime Mme Gisèle Dutheuil.

Pour elle, Acteur Communau’Terre est une base qui ne peut que propulser la massification des opérations de certification tant souhaitée par l’administration ivoirienne. A noter que depuis 2018, le programme s'étend à Kouibly (Gnondrou) et à Attiégbakro (Kakabroukro).

Salif D. CHEICKNA

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Media