• Accueil
  • Société
  • Préservation de la paix : Le REPFACI entend vulgariser cette culture

Préservation de la paix : Le REPFACI entend vulgariser cette culture

lundi, 19 janvier 2015 09:33
Préservation de la paix : Le REPFACI entend vulgariser cette culture Crédits: Eddy Péhé

Des propos de la nouvelle présidente, Adja Cissé Seye la première mission que le réseau s’assigne est de mettre en place une plateforme d’éveil de toutes les femmes de Côte d’Ivoire, exerçant dans tous les secteurs d’activité. Ce, en vue de préserver la paix.

Préservation de la paix : Le REPFACI entend vulgariser cette culture

Une organisation  dénommée   Réseau Pluriel des femmes Actives de Côte d’Ivoire (Rpfaci) de voir le jour ce  dimanche 18 janvier, dans la commune d’Abidjan-Cocody. Cette plateforme a procédé aussi  à l’élection de sa nouvelle présidente, en la personne d’Adja Cissé Seye,  de la Secrétaire général Mme Biayo et deux commissaires aux comptes (Mme Zoma Célestine et Dieyo Marcelle), après lecture et adoption des statuts et règlements intérieurs dudit réseau.

Des propos de la nouvelle présidente, Adja Cissé Seye la première mission que le réseau s’assigne est de mettre en place une plateforme d’éveil de toutes les femmes de Côte d’Ivoire, exerçant dans tous les secteurs d’activité. Ce, en vue de préserver la paix. Puis vont suivre les autres objectifs comme la création d’un cadre permanent  de concertation, la lutte pour l’autonomisation des femmes, la lutte contre l’extrême pauvreté  en milieu rural. Mais, insiste-t-elle, « sans la paix rien ne peut aller, il faut d’abord la paix et l’union ».

Après avoir rendu un hommage à Ossoh Marie Louise, pour sa grande expérience dans les organisations féminines,  affectueusement appelée « chef du village », la présidente Adja Cissé Seye a expliqué le choix des termes de l’association. « Nous avons choisi le terme réseau  afin de mettre d’abord l’accent sur l’union, la cohésion ; l’option du mot pluriel répond aux soucis de faire appel à toutes les composantes des femmes issues de la société civile ou des partis politiques et exerçant dans divers domaines d’activités, de s’y retrouver, pour marquer l’originalité », note celle qui préside désormais le réseau pour un mandat de cinq ans.

Selon elle, pour donner  envie aux hommes politiques de leur faire confiance, il faut qu’entre elles femmes, elles puissent  inculquer la culture et la préservation de la paix. Et d’ajouter : « La femme c’est aussi l’éducation qui est un développement social pour l’ensemble de la famille».

Développer des valeurs, créer des ressources, se surpasser en montrant leur capacité d’action. C’est l’ambition affichée par ces femmes.

Outre l’objectif de préserver la paix et la cohésion sociale, le Repfaci compte mener des actions de sensibilisation, de formation et de renforcement des capacités. Et par la suite approcher les partis politiques, pour la prise en compte massive des femmes dans les instances de décisions, disent-elles.

Kamagaté Issouf

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.