Police: Désormais des bureaux genre dans les commissariats

dimanche, 03 mars 2019 17:13

Les femmes violentées, les femmes injustement révoquées par leurs familles, leurs belles-familles, les femmes victimes de toutes sortes de violences auront une oreille beaucoup plus attentive à la police.

Car, les questions liées au genre sont inscrites comme priorité au ministère de l’Intérieur et de la sécurité. Le premier patron de ce département l’a réaffirmé lors de son passage à la tribune de l’invité des rédactions de Fraternité Matin.

« Tous les rapports sur les violences basées sur le genre dans notre pays avaient fait état de l’impunité des auteurs, en mettant en cause le manque de formation des agents et les mauvaises conditions d’accueil des victimes dans les Commissariats de police et Brigades de Gendarmerie. Aujourd’hui, je puis annoncer avec fierté, que conformément à ses engagements, le gouvernement ivoirien, est en train de résoudre ce problème. En effet, dans nos commissariats, il existe désormais des bureaux genre », rassure le ministre Sidiki Diakité.

Ajoutant que 29 commissariats du pays sont dotés de bureau genre, dont 6 dans le District Autonome d’Abidjan : les commissariats du 2ème (Treichville), 3ème (Adjamé), 15ème (Abobo), 17ème (Yopougon Niangon), 35ème (Riviera Palmeraie) et 36ème (Koumassi), et  23 à l’intérieur du pays. Mieux, il affirme que dans tous les autres commissariats où il n’existe pas encore de bureau genre, il y a un Officier désigné point focal genre.

« Nous demandons donc à toutes les femmes victimes de viol, tentative de viol, agression ou exploitation sexuelle, prostitution forcée, coups et blessures, séquestration, harcèlement, déni de ressources ou d’opportunité, excision, mariage forcé ou précoce, rites de veuvage, de se rendre dans le commissariat le plus proche et de se faire entendre, où elles seront reçues dans un cadre spécialement aménagé, et par des agents avertis »,  exhorte-t-il. Une bonne nouvelle pour les femmes qui seront célébrées le 8 mars, à l’occasion de la journée internationale qui leur est dédiée.

La promotion du genre à la police nationale s’inscrit dans la politique générale du genre du gouvernement qui a accepté d’inscrire les femmes dans les corps d’élite de l’armée, la gendarmerie et de la police nationale. La police nationale a reçu la première promotion de femmes policières en 1987. Et depuis l’on enregistre des femmes haut gradées dans la police nationale. Récemment ces pionnières de la police ont été honorées par les dirigeants.

GERMAINE BONI