• Accueil
  • Société
  • Partenariat mondial pour l’éducation : Signature pour un appui d'environ 13 milliards FCFA à la Côte d'Ivoire

Partenariat mondial pour l’éducation : Signature pour un appui d'environ 13 milliards FCFA à la Côte d'Ivoire

mardi, 17 juillet 2018 11:30
Partenariat mondial pour l’éducation : Signature  pour un appui d'environ 13 milliards FCFA à la Côte d'Ivoire Crédits: Archives

Ce financement contribuera à l’objectif de la Côte d’Ivoire de mettre les établissements préscolaires communautaires ruraux en conformité avec des normes de qualité minimales...

Partenariat mondial pour l’éducation : Signature pour un appui d'environ 13 milliards FCFA à la Côte d'Ivoire

Suite à l’approbation en février 2018 par le Conseil d’administration du Partenariat mondial pour l’éducation (Pme) d’un financement de près de 13 milliards Fcfa (24,1 millions de dollars) pour la Côte d’Ivoire afin d’augmenter le taux d’accès au cycle préscolaire et d’améliorer les résultats d’apprentissage dans les écoles primaires de six des 31 régions du pays, l’accord de don vient d’être signé par le Gouvernement et la Banque mondiale (qui agira en tant qu’agent partenaire du Pme pour ce financement).

Ce financement contribuera à l’objectif de la Côte d’Ivoire de mettre les établissements préscolaires communautaires ruraux en conformité avec des normes de qualité minimales, d’augmenter le nombre d’élèves en 2ème année obtenant des scores « moyens » ou « élevés » en lecture et en mathématiques, et d’augmenter le nombre d’enseignants appliquant de nouvelles pratiques pédagogiques plus efficaces.Cette initiative vient compléter deux projets visant à réduire la pauvreté et à instaurer des filets de protection sociale financés par l’Association internationale de développement (Ida).

Le modèle de financement du Partenariat mondial pour l’éducation nécessite l’engagement des États sur des résultats spécifiques pour bénéficier de 30 % du financement, c’est-à-dire 3,8 milliards Fcfa (7,2 millions de dollars) dans le cas de la Côte d’Ivoire.Le pays a donc fixé des cibles pour améliorer la qualité et l’environnement de l’apprentissage des enfants, notamment par des activités sanitaires dans les écoles primaires et un soutien aux établissements préscolaires communautaires.

« Nous nous efforçons de réunir les conditions d’une école inclusive, ouverte à tous et nécessairement intégratrice, montrant par l’exemple quelle donne d’elle-même, que l’équité sociale est nécessaire pour la qualité de vie de tous, » a déclaré Kandia Camara, Ministre de l’Éducation nationale de la Côte d’Ivoire.  « Nous voulons donner à tous les enfants, les mêmes chances de succès ».

Depuis que la Côte d’Ivoire est sortie d’une longue période de confliten 2011, son système éducatif se développe rapidement.Entre 2006 et 2015, un nombre croissant d’enfants des zones jusque-là non desservies a été inscrit dans des établissements préscolaires, en primaire et dans le premier cycle du secondaire, et les taux d'achèvement se sont améliorés au niveau national.Le pays continue pourtant d’être confronté à des difficultés en termes de qualité de l’éducation, en particulier pour les enfants ayant des besoins spécifiques ou vivant dans des communautés rurales isolées, dans les plantations ou les forêts nationales.La Côte d’Ivoire est également à la traîne derrière des pays semblables dans les matières telles que la lecture et les mathématiques au cours des premières années de scolarisation.

« Depuis qu’elle est devenue partenaire du GPE en 2010, la Côte d’Ivoire a développé ses atouts en matière d’éducation et s’est concentrée sur les difficultés persistantes » a déclaré Alice Albright, Directrice générale du Partenariat mondial pour l’éducation.« Le GPE a à cœur de soutenir ces efforts et est ravi d’aider la Côte d’Ivoire à poursuivre ses progrès dans les années à venir ».

La Côte d’Ivoire a maintenu un engagement régulier en allouant près de 22 % de son budget intérieur à l’éducation au cours des quatre dernières années.Le pays a également l’intention d’augmenter la part de ses dépenses consacrée à l’enseignement primaire pour passer de 41 % en 2015 à 49 % en 2025.

Kamagaté Issouf

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Source : Banque mondiale

Read 171 times Last modified on mardi, 17 juillet 2018 12:28