• Accueil
  • Société
  • Meurtres de deux handicapées: Bakayoko-Ly Ramata apporte la compassion du gouvernement

Meurtres de deux handicapées: Bakayoko-Ly Ramata apporte la compassion du gouvernement

samedi, 06 juillet 2019 19:44
La ministre a promis que les auteurs des deux crimes ne resteront pas impunis. La ministre a promis que les auteurs des deux crimes ne resteront pas impunis. Crédits: DR

La ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, Bakayoko-Ly Ramata, a, suite à l’assassinat la semaine dernière de deux handicapées à Daloa et à Katiola, rendu visite mardi aux associations de personnes en situation de handicap (Psh) pour leur témoigner la compassion du gouvernement.

La ministre a, lors de cette rencontre qui a eu lieu au siège de la Fédération des associations pour la promotion sociale des handicapés de Côte d’Ivoire (Fahci) au Plateau, assuré ses hôtes de l’engagement de l’État de Côte d’Ivoire à veiller sur la sécurité de tous les Ivoiriens.

« Nous sommes venus vous dire que vous n’êtes pas seuls dans cette épreuve. Vous avez le soutien du gouvernement, qui est décidé à mettre tout en œuvre pour que les auteurs de ces deux crimes paient pour leurs actes », a rapporté Ly Ramata. Elle a fait savoir que le criminel de Daloa a écopé de 20 ans de prison avec port de chaîne au pied.

Quant au meurtrier de Katiola, qui a violé puis assassiné une adolescente de 13 ans atteinte de trisomie 21, les enquêtes sont activement en cours pour le débusquer.

La présidente de l’Union nationale des femmes handicapées de Côte d’Ivoire (Unfhci), Anne Cécile Konan, a, à son tour, dénoncé la résurgence des violences faites aux personnes handicapées. « La femme handicapée battue, violée, tuée, c’est tous les jours. Cette situation est très douloureuse et nous sommes plus que peinées », a-t-elle fustigé.

Avant de se réjouir, néanmoins, de la présence du gouvernement aux côtés des associations des personnes en situation de handicap. « Votre venue est le signe de la solidarité de la nation », a relevé Anne Cécile Konan. Elle a appelé à la protection des Psh parce qu’elles sont des êtres trop vulnérables, puis préconisé des campagnes de sensibilisation pour que cessent les violences à l’égard des handicapés.

T. Kadidjatou, une fille handicapée de 29 ans, a été assassinée le mois dernier dans le village de Wandaguhé (Daloa), par le sieur Zongo Yembi dit Daniel, âgé de 59 ans. Ce dernier dit avoir commis cet acte ignoble parce qu’il ne voulait pas être la risée du village qui n’allait pas tarder à savoir qu’il est l’auteur de la grossesse que porte la jeune dame percluse.

Quant à Touré Apatcho Flora, âgée de 13 ans et domiciliée à Lafonkaha (un quartier de Katiola), elle a été retrouvée violée et étranglée dans une plantation de manguiers à Lonankaha, toujours dans le périmètre communal de Katiola. C’était le 16 juin.

Les deux corps n’ont pas encore été enterrés. La ministre Ly Ramata a promis l’appui du gouvernement pour offrir des sépultures dignes aux deux victimes.

GERMAIN GABO