Lutte contre la drogue: Pedro Pires appelle à une approche régionale intégrée

Lutte contre la drogue: Pedro Pires appelle à une approche régionale intégrée

vendredi, 12 avril 2013 08:57
M. Pedro Pires, ex-président du Cap-Vert M. Pedro Pires, ex-président du Cap-Vert

[12-04-2013. 09h00] Pour M. Pires, il faut agir vite. Anciennement utilisée comme zone de transit vers d’autres horizons, l’Afrique de l’ouest est devenue consommatrice de la drogue.

Lutte contre la drogue: Pedro Pires appelle à une approche régionale intégrée


L’ex-Président du Cap-Vert et vice-président de la Commission ouest-africaine sur la drogue ( Wacd), Pedro Pires, a indiqué, le 11 avril, à Dakar au Sénégal, que les pays d’Afrique de la sous-région doivent avoir une approche régionale intégrée dans la lutte contre la drogue pour obtenir des résultats.


M. Pires qui conduisait une délégation de sa structure dans le pays de la Teranga pour une série de consultations, a expliqué que la coopération entre les pays de la Cedeao est nécessaire pour mener une lutte efficace.


« Les services de sécurité de la sous-région doivent coopérer. Ainsi que la justice des différents pays », a confié l’ancien Président cap-verdien. Avant de souligner que la coopération doit aussi concerner les pays d'où provienne la drogue, l’Amérique et les pays occidentaux consommateurs.


Pour M. Pires, il faut agir vite. Anciennement utilisée comme zone de transit vers d’autres horizons, l’Afrique de l’ouest est devenue consommatrice de la drogue. « Selon les statistiques, il y a actuellement 1,5 millions de consommateurs dans la sous-région. Et cela va grandissant », a-t-il révélé. Et de préciser qu’il faut combattre la dépendance chez les consommateurs.


Mise sur pied en janvier dernier, la Wacd veut être une réponse à la flambée du trafic et de la consommation de stupéfiants en Afrique de l’ouest au cours de la dernière décennie.


La visite de Dakar a permis à la délégation de la Wacd de rencontrer les autorités sénégalaises, des organisations régionales et internationales ainsi que des groupes issus de la société civile.


Selon M. Pires, 5 pays de la Cedeao dont la Côte d’Ivoire seront visités. Ainsi, les rencontres de terrain, et les rapports des experts vont « contribuer à la compréhension de la situation et aideront la commission à formuler des recommandations dans un rapport prévu pour janvier 2014. Il sera suivi d’une campagne de plaidoyer », a-t-il conclu.


 
Théodore Kouadio
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Envoyé Spécial à Dakar

Lu 2263 fois Dernière modification le vendredi, 12 avril 2013 09:47