Lutte contre l’insécurité à Alepé: Le premier commissariat est fonctionnel
  • Accueil
  • Société
  • Lutte contre l’insécurité à Alepé: Le premier commissariat est fonctionnel

Lutte contre l’insécurité à Alepé: Le premier commissariat est fonctionnel

dimanche, 08 juillet 2018 23:37
Le ministre Sidiki Diakité et Patrick Achi coupant le ruban. Le ministre Sidiki Diakité et Patrick Achi coupant le ruban. Crédits: DGPN

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Sidiki Diakité, a inauguré le commissariat d’Alepé.

«La ville d’Alepé amorce son développement à partir d’aujourd’hui  avec  l’inauguration de son premier commissariat qui vient résoudre le problème d’insécurité. Cette ville qui est  pourvue de nombreuses activités commerciales était malheureusement sans structures bancaires du fait de l’insécurité grandissante. Nous sommes aujourd’hui soulagés avec l’arrivée des forces de police», s’est réjoui le premier magistrat de la ville d’Alepé, Abé Paul. C’était le 7 juillet 2018, en présence du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Sidiki Diakité.

A cette occasion, outre Sidiki Diakité, étaient présents le président du Conseil régional de la Mé, Patrick Achi, du directeur général de la police nationale,  le contrôleur général de police Kouyaté Youssouf,  des autorités coutumières et préfectorales.

Le ministre a fait remarquer que cette inauguration s’inscrit dans le cadre d’un processus qui se poursuivra dans d’autres localités, à savoir Bouaflé, Botro, Bouaké… 

Rappelons que ce commissariat bâti sur une superficie de 800 m2, comprend 11  bureaux et deux violons, a été financé par la mairie dirigée par Abé Paul. En plus du commissariat, le maire Abé Paul  a mis à la disposition de la police une  habitation pour le commissaire et de son adjoint et six autres nouveaux  appartements pour les autres agents.

Outre le commissariat de police, un don de véhicule de type 4x4 a été fait à cette occasion. Par ailleurs, le ministre de tutelle a invité le personnel à prendre soins des locaux et à redoubler d’ardeur au service des populations. «Je vous invite également à travailler dans la directive des comités consultatifs d’éthique avec les autorités locales», a-t-il conseillé.

Daniel Assouman
Correspondant

Lu 268 fois Dernière modification le dimanche, 08 juillet 2018 23:57