Print this page

Lutte contre l’immigration clandestine: La Côte d'Ivoire entend "appuyer les capacités locales" des jeunes à travers des "initiatives communautaires"

mardi, 26 mars 2019 14:34

Le ministre de la Promotion de la jeunesse et de l’Emploi des jeunes, Mamadou Touré, a procédé le lundi 25 mars 2019, à Grand-Bassam, au lancement du projet « Appuyer les capacités locales pour gérer efficacement la migration à travers des initiatives communautaires en Côte d’Ivoire » ou encore projet Semici.

Il s'agit d'un projet tripartite Oim - ministère de la Promotion de la jeunesse et de l'Emploi des jeunes, et ministère de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l'extérieur. Il vise à offrir des alternatives à la migration irrégulière par la promotion et la facilitation de l’accès aux opportunités économiques locales pour des jeunes issus des quartiers défavorisés d’Abidjan et de Daloa.

Pour le ministre Mamadou Touré, l’immigration irrégulière est un phénomène qui fait de plus en plus de victimes. « Pour retenir les jeunes sur place et les mettre à l’abri de toutes les tentatives de départ, le gouvernement a procédé à une série de réformes et à la mise en œuvre de plusieurs programmes et de dispositifs spécifiques en faveur de l’insertion des jeunes », a-t-il soutenu.

Selon lui, ce séminaire de trois jours à Grand-Bassam vient à point nommé. Il permettra, a-t-il dit, aux participants de trouver des solutions à la problématique de l’immigration irrégulière.

Marina Schramm, chef de mission de l’Organisation internationale pour les migrations (Oim) en Côte d’Ivoire, a salué l’engagement et les stratégies d’insertion professionnelles des jeunes du gouvernement ivoirien. Elle a, en outre, exprimé sa gratitude au gouvernement italien qui a financé le Semici à hauteur de 749000 Euros. Selon elle, l'Oim a permis dans la période de mai 2017 à février 2019 la réintégration de 4558 migrants volontaires.

Quant à l’ambassadeur d’Italie en Côte d’ Ivoire, il a réaffirmé la disponibilité et le soutien financier de son pays en vue de développer des alternatives concrètes à la migration irrégulière des jeunes.

S.M