• Accueil
  • Société
  • Journée de la solidarité: Un match opposera les prisonniers de la Maca aux anciens footballeurs ivoiriens

Journée de la solidarité: Un match opposera les prisonniers de la Maca aux anciens footballeurs ivoiriens

mardi, 30 avril 2019 14:46

Un match de gala va opposer les anciens footballeurs de Côte d'Ivoire aux pensionnaires de la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan (Maca) le jeudi 9 mai, à l’occasion de la commémoration de la journée internationale de la solidarité.

Sodjinou Job, président de l'Ong N'gboado, organiseur du match de gala, a situé les enjeux de cette manifestation le lundi 29 avril, lors d’un point-presse organisé à cet effet, au bureau de l'Unesco sis à Cocody-Angré 7e tranche. 

Selon le président de l'Ong N'gboado, son organisme veut promouvoir le sport en milieu carcéral et en milieu rural conformément à la charte de l'Unesco, inculquer les valeurs civiques, citoyennes et sociales.

Pour lui, trois (3) valeurs animent la vie en milieu carcéral, à savoir la religion, le sport et la culture. Mais, le sport est le plus exercé car, dira-t-il, il est connu comme étant un facteur d'intégration et de cohésion sociale qui permet de promouvoir et de renforcer la culture de vivre-ensemble dans un climat de paix, tout en favorisant une bonne santé mentale et physique.

Aussi dit-il, cette action placée sous le signe du partage et de la solidarité sera une opportunité de pouvoir encourager et soutenir l'humanité en détention. Pour le conférencier, les prisons, aujourd'hui, restent un lieu de désespoir et d'enfer comme le pensent certains.

Aussi, pour l'animateur, la gent féminine ne restera pas en marge de cette célébration, bien au contraire, un match leur sera dédié. Ce, pour garantir et promouvoir le genre. Poursuivant, l'ancien détenu a souligné que l'acte se poursuivra dans les autres prisons du pays.

Fondée en 2010, l'Ong N'gboado œuvre pour les valeurs citoyennes, la promotion, la protection et la défense des droits humains avec une attention particulière dans le milieu carcéral et les enfants en rupture sociale.

Jean Bavane Kouika