Institut de médecine nucléaire d’Abidjan: L’ouverture prévue en fin d’année

samedi, 02 août 2014 16:36

[02-08-2014. 17h00] « Jusqu’ici comme on n’a pas cet outil, ceux qui ont les moyens financiers vont au Maghreb, en Europe (….). Dans quelques mois, on pourra faire les traitements de cancer ici et à moindre frais pour les patients…», s’est-il exprimé.

Institut de médecine nucléaire d’Abidjan: L’ouverture prévue en fin d’année

L’institut de médecine nucléaire d’Abidjan, hôpital spécialisé dans le traitement des cancers, en construction dans le périmètre du Centre hospitalier universitaire (Chu) d’Abidjan-Cocody, ouvrira ses portes en fin d’année 2014. C’est l’information livrée, ce samedi 2 août, par son fondateur-coordonnateur, Pr. Achi Bertin Ossey, dans un entretien accordé à la radio des Nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci-Fm).

« Jusqu’ici comme on n’a pas cet outil, ceux qui ont les moyens financiers vont au Maghreb, en Europe (….). Dans quelques mois, on pourra faire les traitements des cancers ici et à moindre frais…», s’est-il exprimé.

Le Pr. Achi Bertin Ossey a également souligné l’importance de ce futur centre médical de référence, d’autant qu’il va « élargir le plateau technique. L'on fera le diagnostic de transfert de la thyroïde et s’occupera de la destruction de cellules restantes après chirurgie ».

Il a défini la médecine nucléaire comme étant l’utilisation du principe de la radioactivité, phénomène d’émissions de rayons pour chercher certaines maladies et en soigner d’autres, tels que le cancer de la thyroïde. Avant de relever qu’il aura un rayonnement sous-régional en ce sens qu’il sera le premier centre médical du genre dans l’espace de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa). Car réunissant à la fois les trois composantes. A savoir, le laboratoire nucléaire, l’imagerie nucléaire et l’hospitalisation.

Le spécialiste de la médecine nucléaire en Côte d’Ivoire a enfin précisé que ce futur institut bâti avec l’aide des Nations unies, sort des cendres d’un ancien petit centre nucléaire installé par le biais de l’Agence internationale de l’énergie atomique (Aiea) qui a fonctionné pendant sept ans et logé à l’époque au sein de l’Unité de formation et de recherche (Ufr) des sciences médicales (ex-facultés de médecine) de l’université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan-Cocody.


Narcisse Angan
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.