Hôpital mère-enfant de Bingerville: 3 ministres au chevet de l’écolière de 8 ans violée à Duékoué
  • Accueil
  • Société
  • Hôpital mère-enfant de Bingerville: 3 ministres au chevet de l’écolière de 8 ans violée à Duékoué

Hôpital mère-enfant de Bingerville: 3 ministres au chevet de l’écolière de 8 ans violée à Duékoué

lundi, 10 septembre 2018 19:09
Hôpital mère-enfant de Bingerville: 3 ministres au chevet de l’écolière de 8 ans violée à Duékoué Crédits: Jean Bavane Kouika

Pr Ramata Ly-Bakayoko a, toutefois, salué l’implication personnelle de la Première dame qui a permis le transfert rapide de la petite fille.

Hôpital mère-enfant de Bingerville: 3 ministres au chevet de l’écolière de 8 ans violée à Duékoué

Les ministres Ramata Ly-Bakayoko de la Femme, de la Famille et de l’Enfant ; Eugène Aka Aouélé de la Santé et de l’Hygiène publique et Mariatou Koné de la Solidarité, de la Cohésion sociale et de la Lutte contre la pauvreté étaient ce lundi 10 septembre 2018, à l’Hôpital mère-enfant de Bingerville pour apporter la compassion et le soutien du gouvernement à la fillette B.C.J. victime d’abus sexuel et à ses parents.

«Nous sommes venus, sur instruction du Premier ministre, apporter la compassion et le soutien du gouvernement aux parents et à la fillette», a indiqué la ministre Ramata Ly-Bakayoko avant de se prononcer sur l’état de santé de celle-ci. «Depuis son arrivée à 4 heures du matin ce lundi 10 septembre, elle est bien suivie par des experts et il y a une nette amélioration», a-t-elle expliqué.

«Viol ou pas, comme le ministre de la Santé l’a dit, pour le moment, se sont des investigations. Nous attendons les résultats des médecins parce que c’est en fonction de leur rapport que la justice va se prononcer. Si le cas de viol est confirmé, nous n’allons pas tolérer. Ce sera la tolérance zéro parce qu’on ne peut compromettre l’avenir de nos enfants. Et si les faits sont avérés, justice sera rendue», a martelé la ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant.

Pr Ramata Ly-Bakayoko a, toutefois, salué l’implication personnelle de la Première dame qui a permis le transfert rapide de la petite fille. Elle lui a également dit sa gratitude pour avoir pensé et réalisé l’Hôpital mère-enfant qui, aujourd’hui, rend d’énormes services à la nation à travers la prise en charge des enfants.

Le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Eugène Aka Aouélé, qui s’est voulu rassurant sur la prise en charge totale de la fillette, a une fois encore réitéré le soutien du gouvernement avant d’indiquer que B.C.J. est traitée par des spécialistes en la matière. «Nous sommes venus, nous l’avons vue. Elle est dans un état de conscience et sa santé évolue de façon favorable. Nous nous en réjouissons», a rassuré le ministre Aka Aouélé.

Il a indiqué attendre le rapport des médecins pour savoir s’il y a eu viol avant de se prononcer sur le reste de la procédure. Il a cependant indiqué que le mis en cause est aux arrêts. Dr Aka Aouélé a, au nom du gouvernement, remercié la Première dame pour la prise en charge totale de la fillette.

A en croire un parent interrogé, les faits se sont déroulés le samedi 1er septembre 2018, au quartier Kokoman à Duékoué. La fillette de 8 ans qui passe en classe de Cm1 cette année scolaire 2018-2019, a été abusée sexuellement par Yao Fulgence Boukan, le directeur de l'Epp Guitozon1 de Duékoué, est aux arrêts depuis le 6 septembre.

Jean Bavane Kouika

Lu 183 fois Dernière modification le lundi, 10 septembre 2018 19:41