Grève de la Cnec: Les amphithéâtres sont restés fermés

lundi, 20 mai 2019 19:23
Grève de la Cnec: Les amphithéâtres sont restés fermés Crédits: DR

"Je suis arrivée ce lundi matin au campus  dans l'intention de faire cours. Malheureusement quand je suis arrivé, j'ai constaté que les amphis étaient vides. Je rentre ainsi à la maison", a constaté M. Kouadio N'Dri Karmel, étudiant en  1ere année de philosophie à  l’Université Félix Houphouët Boigny  de Abidjan Cocody.

Comme cet étudiant, bon nombre d’étudiants croisés  ce lundi 20 mai à Abidjan Cocody  à l’Université Ufb étaient  en dehors des amphis. Arrêtés en petits groupes, ils ont rapporté  que les amphis étaient vides.

"A cause de la grève annoncée par la Cnec on n'a pas encore reçu les emplois du temps. On est venu ici pour vérifier si toutes les informations véhiculées sur les réseaux sociaux en rapport avec la grève de la Cnec étaient vérifiées. Et effectivement, c'est le cas. Nos amphis sont restés vides",  a expliqué M. Kouamé Jean Luc, licence 1 de philosophie.

Au Bâtiment C du département Langues littérature et civilisation(Lcc), les salles réservées au cours ( C4, C3, C5) étaient vides. «  Tout le bâtiment est vide, alors qu’il devait abriter un cours magistral de Lettres modernes. Des étudiants du département d'espagnol ne sont pas venus à cause de la grève », a constaté un responsable de l’administration qui a requis l’anonymat. Toutefois, il a reconnu qu’en lettres modernes, un enseignant a fait  cours de  08h30 à 10h30.

L’information est confirmée par Dr  Ehuié Micaël Bedikou, maitre de conférences à l'Ufr biosciences et en charge de la communication de la  Coordination nationale des enseignants du supérieur et des chercheurs de Côte d’Ivoire(Cnec). "Nous avons pris des dispositions pour suivre la grève sur le terrain. Il ressort que les enseignants ne sont pas là. Nous avons sillonné les différents sites, et nous assurons que la grève est suivie », a-t-il assuré.

Joint au téléphone, Johnson Kouassi Zamina, secrétaire général de la Cnec a ajouté que cette ambiance de « paralysie des cours est  également observée dans des universités de Bouaké, de Daloa ».

Puis, le Sg de la Cnec  a affirmé que « la grève entamée ce lundi 20 mai, sera renouvelée, si les principales revendications ne sont pas prises en compte. »

La Coordination nationale des enseignants du supérieur et des chercheurs de Côte d‘Ivoire(Cnec) et deux autres structures syndicales Codec et Sylec revendiquent, entre autre le paiement des reliquats de HC 2015-2016 et 2016-2017 à l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, l’amélioration des conditions de travail (Wifi, tables-bancs, salles de cours)…

Du côté de la présidence de l’université  Félix Houphouët-Boigny, le secrétaire général Diomandé Mamadou a indiqué que selon le point qui lui a été fait de cette journée, la grève n’a pas été suivie.  Les cours se sont déroulés normalement dans plusieurs amphis.

Après une trêve de deux mois, le secrétaire général de la Coordination nationale des enseignants du supérieur et chercheurs de Côte d’Ivoire (Cnec), Johnson Kouassi Zamina a annoncé la reprise de la grève des enseignants, à compter ce lundi 20 mai, estimant que «  rien n'a été fait jusque-là, et que leurs revendications sont restées sans suite ».

Isabelle Somian