Genre à la police nationale: Les pionnières honorées

samedi, 02 mars 2019 23:56
Le Directeur Général de la Police Nationale, le Commissaire-Divisionnaire Youssouf Kouyaté Le Directeur Général de la Police Nationale, le Commissaire-Divisionnaire Youssouf Kouyaté Crédits: DR.

La police nationale a honoré, le jeudi 28 février, à l’école nationale de police, ses femmes pionnières et celles qui occupent des postes de responsabilité dans ladite institution.

Ces femmes pionnières  sont, entre autres,    Oulaï Ivonne, commissaire divisionnaire de police ; les capitaines de police à la retraite,  Yébouet  épouse Assouman Amoin Jeannette,  Soumahoro  Nalidjata. Elles  étaient, en cette circonstance,   accompagnées par  la directrice générale adjointe chargée de la police judiciaire, le commissaire divisionnaire major de police Kambilé épouse Palé Elie.  

Cette cérémonie s’inscrit  dans le cadre de la célébration des  premières  femmes  policières   , première édition. La marraine de cet  événement, la ministre Euphraise Yao, Conseillère à la Présidence de la République,  chargée du genre, a dit sa joie d’être parmi  ces femmes pionnières qui ont donné leur vie à la police pendant de nombreuses années   de service.  Elle a  aussi rappelé que la promotion du genre est l’une des priorités du gouvernement.  Cette politique a donné des résultats très satisfaisants. 

« La  Côte d’Ivoire a agi  avec promptitude en incluant les deux sexes dans sa politique du genre dans les corps d’élite, notamment avec aujourd’hui  l’engagement des femmes  à la gendarmerie. Dans l’armée, nous avons des femmes   inscrites à l’EMPT de Bingerville et qui  participent effectivement  à toutes les  prises de décisions. C’est pourquoi, je vous invite à vous inscrire davantage dans la valorisation des compendiums des compétences féminines », a conseillé Euphrasie Yao.

Par ailleurs, selon elle, la lutte contre les violences basées sur le genre est un moyen pour aboutir à l’autonomisation de la femme et apporter la paix. «  Cependant, beaucoup d’efforts restent à fournir », dit-elle. Et pour y parvenir, il faut plus de moyens nécessaires  afin de rehausser  les 13,30  % de  taux de représentativité  des femmes à la police, comme  mentionné  par la coordonnatrice du bureau genre, le capitaine de police Kpidi Hortense de la direction générale de la police nationale.

Le directeur général de la police nationale, le contrôleur général de  police, Kouyaté Youssouf, a  rappelé que le recrutement des premières femmes à la police s’est effectué en 1987. Il a traduit  sa gratitude aux partenaires au développement,  notamment le PNUD, la JICA, pour  leur soutien constant et leur appui dans le cadre de la promotion du genre. Surtout que leur appui a permis à la police de traiter plus de 2000 cas de violence physique sur les femmes, à en croire Euphrasie Yao.

Germaine Boni

(Info : D.A)