• Accueil
  • Société
  • Enfants handicapés intellectuels: L'Unafehci se préoccupe de leur avenir

Enfants handicapés intellectuels: L'Unafehci se préoccupe de leur avenir

lundi, 20 janvier 2014 09:00

"Il faut parler de ces enfants en termes de capacités et non en termes de limites. Car, à valeur égale, certains enfants handicapés intellectuels peuvent surpasser d’autres enfants dits normaux», a jugé,Touré Bema, Directeur de la Page Blanche (institution de prise en charge d’enfants handicapés intellectuels).

 Enfants handicapés intellectuels: L'Unafehci se préoccupe de leur avenir 

Anne Cécile Konan, présidente de l’Union Nationale des Femmes Handicapées de Côte d'Ivoire (UNAFEHCI) souhaite que des dispositions soient prises par les autorités ivoiriennes pour l'intégration "dès le niveau scolaire des enfants handicapés comme cela se fait aujourd’hui dans certains pays, tel que le Japon". Elle a fait cette suggestion, samedi 18 janvier  à Abidjan Plateau, lors de la  8è Édition de la journée nationale de solidarité en faveur des enfants handicapés et enfants des personnes handicapées.

Décrivant une expérience réussie de cette insertion des personnes handicapées, Anne Cécile Konan  témoigne: «Combien sont ces personnes dites normales qui peuvent travailler dans l’industrie automobile avec facilité ? Mais sachez qu’au Japon, j’ai vu des handicapés travaillant dans cette industrie. Et ce, avec beaucoup de réussite», a-t-elle rapporté.

Avant de proposer que cet exemple soit copié pour " briser les frontières entre les enfants handicapés et les enfants bien portant. Toute chose qui contribuera à l'émergence d'une société sans discrimination mais plutôt basée sur le jugement par les compétences intrinsèques", a-t-elle défendu.

Cet avis est partagé par M. Touré Bema, Directeur de la Page Blanche (institution de prise en charge d’enfants handicapés intellectuels). "Il faut parler de ces enfants en termes de capacités et non en termes de limites. Car, à valeur égale, certains enfants handicapés intellectuels peuvent surpasser d’autres enfants dits normaux», a-t-il jugé.

Isabelle Somian

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.