• Accueil
  • Société
  • Education: "L'aide internationale est en baisse ", selon Irina Bokova

Education: "L'aide internationale est en baisse ", selon Irina Bokova

jeudi, 26 septembre 2013 14:24

Bien avant, Irina Bokova  est revenue sur les statistiques de l'éducation internationale." 57 millions d'enfants dans le monde ne sont toujours pas scolarisés".

Éducation: "L'aide internationale est en baisse ", selon  Irina Bokova

« Trop de jeunes obtiennent un diplôme sans avoir acquis de véritables connaissances et compétences. Et ce, dans un contexte où l'aide internationale à l'éducation est en baisse et les gouvernements réduisent leurs budgets alloués à l'enseignement. » Irina Bokova, directrice générale de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco)a dénoncé ce fait, mercredi, au Siège des Nations unies, à New York dans le cadre dela promotion de l'initiative "L'éducation avant tout" (Gefi).

Un projet lancé dans ce mois de septembre par le Secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon. Cette initiative a pour objectif de garantir la scolarisation de tous les enfants du monde, d'améliorer la qualité globale de l'apprentissage et de promouvoir la citoyenneté mondiale.

Prenant part à cet évènement sur l'éducation, Mme Bokova a estimé: « pour aider les laissés-pour-compte de l'éducation, nous avons besoin de ressources plus importantes, mais également de renforcer la coopération entre les gouvernements et les partenaires du développement. Nous devons faire en sorte que les enfants aillent à l'école, mais aussi reçoivent l'éducation dont ils ont besoin », a suggéré la directrice générale.

Bien avant, Irina Bokovaest revenue sur les statistiques de l'éducation internationale." 57 millions d'enfants dans le monde ne sont toujours pas scolarisés. En outre, on estime à 250 millions le nombre d'enfants illettrés, principalement en raison de la mauvaise qualité de l'éducation". Toutefois, elle a saluél'augmentation globale du nombre d'inscriptions dans des établissements scolaires. L’existence d'un taux d'abandon « trop élevé », a également été souligné.



Isabelle Somian

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Source:www.un.org