• Accueil
  • Société
  • Deuxièmes Journées scientifiques de l’Ascad : Découverte de contaminants pesticides dans des aliments

Deuxièmes Journées scientifiques de l’Ascad : Découverte de contaminants pesticides dans des aliments

samedi, 13 juillet 2019 12:35

Ouvertes le 9 juillet, les deuxièmes journées scientifiques de l’Académie des sciences, des arts, des cultures d’Afrique et des diasporas africaines (Ascad) ont fermé leurs portes le 11 juillet au Palm Club Hôtel.

Durant trois jours, autour du thème « Sécurité sanitaire des aliments en Côte d’Ivoire », des spécialistes ont échangé et partagé leurs expériences sur ce sujet d’actualité. Il s’agissait, pour les participants, d’analyser la gouvernance au niveau étatique en matière de produits de consommation et les différentes actions en cours pour la protection des Ivoiriens. Car, il est établi que les aliments impropres à la consommation humaine, à cause de la présence des bactéries, des virus, des parasites ou des résidus de substances chimiques nocives, provoquent de nombreuses maladies, allant de la diarrhée au cancer chez les hommes.

Au bout des échanges et partages, les travaux de ces JSA qui étaient à leur deuxième édition, ont montré la non-maîtrise de la chaîne de production des aliments de la ferme à la fourchette et révélé la présence de contaminants pesticides, des résidus de médicaments, mycotoxines, des résidus métalliques à des teneurs élevées dans des aliments comme la cola, les céréales, les champignons, les poissons, les eaux ainsi que des résistances microbiennes aux antibiotiques.

 Afin de garantir la sécurité sanitaire à travers la qualité des aliments et la sécurité des approvisionnements alimentaires dans un monde hautement globalisé, les JSA ont fait des recommandations aux acteurs de la chaîne de consommation notamment aux autorités à travers, entre autres, l’accélération de la mise en place de l’Agence de coordination ivoirienne de la sécurité sanitaire des aliments (Aissa), qui devra prendre en compte les questions de sensibilisation, de formation et d’éducation. Et surtout la réglementation des conditions d'utilisation des antibiotiques destinés aux animaux d’élevage, conformément aux normes internationales.

 Aux vétérinaires, il a été recommandé de sensibiliser davantage les éleveurs sur les règles d’utilisation raisonnée des antibiotiques. A l’endroit des acteurs de la filière viande et bétail, il est demandé de respecter les délais d’attente prescrits et tenir des fiches d’abattage facilitant le contrôle. Si l’utilisation raisonnée des pesticides homologués a été recommandée aux agriculteurs, appel a été lancé aux consommateurs de s’informer sur les risques associés aux résidus dans les denrées alimentaires.

 SERGES N’GUESSANT