Désarmement : L’Addr à l’assaut des ex-miliciens

Désarmement : L’Addr à l’assaut des ex-miliciens

jeudi, 21 mars 2013 21:46
Fidèle Sarassoro Fidèle Sarassoro Crédits: fratmat

Le directeur de l’Autorité pour le désarmement, la démobilisation et la réinsertion (Addr), Fidèle Sarassoro, va à la rencontre des ex-miliciens du grand ouest du 23 au 29 mars.

Le directeur de l’Autorité pour le désarmement, la démobilisation et la réinsertion (Addr), Fidèle Sarassoro, va à la rencontre des ex-miliciens du grand ouest du 23 au 29 mars. Il s’agit de sensibiliser les jeunes de cette région qui ont pris une part active dans la crise armée, notamment la crise post-électorale, au processus de désarmement, démobilisation et réintégration (Ddr). La mission conduite par le directeur de l’Addr en personne se rendra successivement à Man, Danané, Guiglo, Toulepleu et Duékoué. Fidèle Sarassoro aura des rencontres avec les ex-combattants (c’est ainsi qu’on appelle désormais tous ceux qui ont combattu pendant la crise, quel que soit le bord qu’ils ont défendu, et qui ne relèvent pas de l’armée régulière). A Man, où il va inaugurer le bureau régional (Br), le directeur de l’Addr procédera notamment au lancement de l’opération de désarmement et de démobilisation (Dd) d’ex-combattants sélectionnés pour intégrer la douane. 

La visite du directeur de l’Addr à l’ouest fait suite à celle qu’il a déjà effectuée dans le nord et le centre de la Côte d’Ivoire qui regorgent également de nombreux ex-combattants. En janvier, Fidèle Sarassoro avait successivement rencontré les ex-combattants de Ferkessédougou, Korhogo et Bouaké. Avec eux, il avait eu des échanges francs et ces derniers avaient exprimé leurs inquiétudes relatives à leur réintégration effective et à la transparence dans le «recrutement» pour les projets de réintégration. A chaque étape, le directeur de l’Addr les avait rassurés de la détermination du Président de la République, Alassane Ouattara, à trouver une solution définitive à leur situation. Fidèle Sarassoro avait également manifesté sa détermination à faire en sorte que la réintégration ne profite qu’aux ex-combattants qui en sont les cibles. Il avait aussi insisté sur la nécessité du respect du processus qui commence par le désarmement, passe par la démobilisation pour aboutir à la réintégration.

Le 25 février dernier, le Premier ministre Daniel Kablan Duncan avait présidé, à l’école de gendarmerie à Abidjan, à la remise d’épaulettes à 443 nouveaux gardes pénitentiaires, ex-combattants désarmés, démobilisés et ainsi réintégrés au sein de ce corps. A cette occasion, Fidèle Sarassoro avait souligné que depuis sa prise de fonction, 2 079 ex-combattants avaient été désarmés et démobilisés et 1 409 armes, 16 626 munitions et 702 explosifs avaient été collectés. De ces armes, 700, qui sont fonctionnelles, ont été reversées aux arsenaux nationaux. Tandis que les non fonctionnelles seront détruites. Il avait précisé que l’Addr estime à 64 mille le nombre d’ex-combattants et que le  processus de Ddr devra être achevé en deux ans. 

Pascal Soro

 

Lu 1467 fois Dernière modification le jeudi, 21 mars 2013 22:08