• Accueil
  • Société
  • Déchets toxiques: Le Chef de l’Etat invité à ‘‘s’imprégner du dossier’’

Déchets toxiques: Le Chef de l’Etat invité à ‘‘s’imprégner du dossier’’

vendredi, 16 janvier 2015 15:03
Charles Koffi, président du Renadvidet-Ci Charles Koffi, président du Renadvidet-Ci Crédits: CHEICKNA D. Salif

Les victimes des déchets toxiques ont décidé ainsi d’appeler le Chef de l’Etat à la rescousse parce qu’ils estiment que l’affaire du détournement des 4,658 milliards de FCFA  est en train de prendre une allure juridico-politique..

 

 

 

Déchets toxiques: Le Chef de l’Etat  invité à ‘‘s’imprégner du dossier’’

Le président du Réseau national pour la défense des droits des victimes  des déchets toxiques de Côte d’Ivoire (Renadvidet-Ci), Charles Koffi a invité, le jeudi 15 janvier 2015, à Abidjan-Plateau, le Chef de l’Etat « à s’imprégner du dossier relatif au détournement de 4,658 milliards de FCFA, une partie de l’indemnisation des victimes des déchets toxiques ».

Aussi, lui a-t-il demandé d’en « tirer toutes les conséquences juridiques. Ce, à l’encontre des personnes condamnées à 20 ans d’emprisonnement qui sont curieusement encore en liberté ». Avant de solliciter le Président Ouattara à  « ordonner qu’il leur soit reversé leurs indemnités par Afriland First Bank qui a hérité des actifs et des passifs d’Access Bank ».

Les victimes des déchets toxiques ont décidé ainsi d’appeler le Chef de l’Etat à la rescousse parce qu’ils estiment que l’affaire du détournement des 4,658 milliards de FCFA  est en train de prendre une allure politico-juridique.

Commentant la décision  de justice Charles Koffi a dit ne pas comprendre qu’après le délibéré qui a condamné à 20 ans de prison les accusés, un mandat de dépôt ne soit pas délivré. « Concernant la décision de 20 ans d’emprisonnement à l’encontre de Koné Cheick Oumar et autres sans autre forme de précision, le juge Koné Bernard entend donner la latitude aux accusés de faire appel à l’effet de voir ladite décision être suspendue », s’est plaint Charles Koffi. Avant d’en appeler au sens de « rigueur et de responsabilités légendaires du Président Alassane Ouattara parce que convaincu qu’il est mal informé sur cette affaire ».

Cependant, reconnaît-il, le Chef de l’Etat a posé des actes majeurs dans le traitement de ce dossier. « Il a déjà posé deux actes majeurs dans le traitement de notre dossier en débarquant un ministre et l’éviction de Koné Cheick Oumar de l’organisation du tournoi de football  ‘‘ADO, le bâtisseur’’ », a-t-il souligné.

Après le délibéré du 13 janvier, les victimes des déchets toxiques regroupés au sein du Renadvidet-Ci projettent, à partir du 20 janvier 2015, rentrer en grève illimitée de la faim devant le siège de certaines institutions nationales et internationales ainsi que des Chancelleries. En plus, les victimes entendent solliciter auprès de l'Assemblée nationale la mise en place d'une commission parlementaire pour diligenter une enquête parlementaire sur ledit détournement et sur le scandale des déchets toxiques en Côte d'Ivoire.

Le mardi 13 janvier, la Chambre des délits économiques du tribunal  correctionnel de première instance du Plateau, a « déclarés non coupables de faux et usage de faux mais coupables d'abus de confiance et de blanchiment » les accusés dans l’affaire de détournement de 4,658 milliards de FCFA. Ils devront payer 3 millions de FCFA d’amende à l’État de Côte d’Ivoire. Quant à Access Bank devenue Afriland First Bank, elle a été condamnée à payer 21 milliards de FCFA à l’État de Côte d'Ivoire.

C'est en août 2006, qu'un navire, le Probo Koala battant pavillon panaméen affrété par le trader Trafigura a déversé à Abidjan et aux alentours de la ville, 500 tonnes de déchets toxiques qui a fait de nombreuses victimes.



CHEICKNA D. Salif

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.