• Accueil
  • Société
  • Cybercriminalité : 5,3 milliards de préjudice et 95 arrestations en 18 mois

Cybercriminalité : 5,3 milliards de préjudice et 95 arrestations en 18 mois

lundi, 29 juillet 2013 08:07

La direction de l’informatique et des traces technologiques a fait son bilan, samedi.

La Direction de l’informatique et des traces technologiques (Ditt) de la police nationale était en atelier technique avec les parties prenantes, samedi, dans un hôtel du Plateau, pour dresser un bilan de ses activités et envisager les perspectives.
A cette occasion, Stéphane Konan, directeur de la Ditt,  a noté que l’action de la Ditt, notamment la Plateforme de lutte contre la cybercriminalité (Plcc) a permis de réaliser des progrès, du point de vue de l’image de la Côte d’Ivoire qui s’est améliorée un tant soit peu vis-à-vis de la communauté internationale. La synergie qui a prévalu à la création de la Plcc est si bonne que des missions sont arrivées du Sénégal et du Bénin, pour copier les bonnes pratiques en Côte d’Ivoire.
Stéphane Konan note cependant dans ses effectifs l’absence d’éléments de la gendarmerie nationale et de l’administration des douanes qui pourraient être d’un soutien logistique, technique important pour accroître la synergie des actions menées et mener la lutte contre la cybercriminalité  au mieux des intérêts du pays.
Il a déploré, en outre, le manque de collaboration entre les opérateurs nationaux de téléphonie mobile et fournisseurs d’accès à l’internet et les services de sécurité pour fournir l’identité exacte des cybercriminels agissant via leurs réseaux.
Janvier 2012 à juin 2013, le Ditt dit avoir enregistré,  1 000 plaintes pour 5 000 dénonciations et un préjudice de 5 milliards 300 millions de Fcfa et 95 arrestations. Stéphane Konan,  analysant le taux des dénonciations en hausse,  déduit que la population a conscience qu’il existe un point focal pour conduire la lutte contre la cybercriminalité.  Par ailleurs, il salue la coopération de maisons américaines pour lutter contre la cybercriminalité.
Le monde étant en pleine mutation, les délits passent du physique au virtuel. Mais, il a noté des progrès au plan institutionne, notamment par le Parlement qui a ratifié des dispositions permettant la qualification des délits commis via l’internet.
En outre, le directeur a assuré que l’on remontera aux auteurs de tous les transferts de fonds frauduleux pour les arrêter.
La Plateforme de lutte contre la cybercriminalité reste disponible pour tous et les populations sont appelées à collaborer pour bouter les cybercriminels hors du pays.

Cissé Mamadou

Read 617 times Last modified on lundi, 29 juillet 2013 08:53