• Accueil
  • Société
  • Conflit foncier: Un affrontement fait un mort et deux blessés dans le Bafing

Conflit foncier: Un affrontement fait un mort et deux blessés dans le Bafing

mercredi, 14 juin 2017 04:21

Un détachement de l'escadron de la gendarmerie de Touba a été envoyé sur les lieux en renfort à la brigade de Borotou.

Conflit foncier: Un affrontement fait un mort et deux blessés dans le Bafing

Moako-Koro, village situé à 3 kilomètres de Koro dans la région du Bafing, a été le 11 juin 2017, le théâtre de violents affrontements entre populations autochtones et allogènes burkinabè dont le bilan est d’un mort et deux blessés, a-t-on appris de sources sécuritaires.

Selon les témoignages d’un habitant de Koro que nous avons joint par téléphone, les jeunes originaires du village de Moako qui ne s’accommodent plus de la présence massive sur leurs terres de leurs hôtes venus du pays des hommes intègres, auraient  décidé le matin du jour des faits, de détruire les pieds de cacaoyer dans les exploitations agricoles appartenant à ceux-ci.

Cette énième tentative de destruction de leurs biens est perçue selon lui, par les allogènes comme une provocation de trop. « C'est ainsi qu'un des leurs a profité des échauffourées pour faire usage de son fusil artisanal. Croyant viser un jeune du village, la balle a plutôt atteint mortellement l'un de ses parents à la tête. Dans la fuite, Bakayoko Bangaly, un autochtone tombé dans une embuscade, a reçu des coups de machette au pied gauche. Un autre Burkinabé aurait reçu des coups de machette », nous a confié notre source. Une version, contredite par Basié Antoine, frère de la principale victime que nous avons interrogé au Centre hospitalier régional (Chr) de Touba où les blessés ont été admis.

A l’en croire, ayant appris que les villageois sont en train de détruire leurs plantations, lui et trois autres compatriotes décident de se rendre sur place à l’effet de vérifier l’information reçue. C'est ainsi qu’en chemin, ils se retrouvent nez-à-nez avec le groupe de jeunes ressortissants du village de Moako, très menaçants. Qui à l’entendre, ouvrent le feu dans leur direction. Le nommé Basié Aimé reçoit la charge de plomb en pleine poitrine et meurt sur le coup. Quant à Basié Laurent Bafo, lui, il a reçu des balles au niveau de l'épaule gauche ainsi qu’à la cuisse.

Un détachement de l'escadron de la gendarmerie de Touba a été envoyé sur les lieux en renfort à la brigade de Borotou. Au moment où nous écrivions, le calme était revenu et le préfet du département de Koro, tenait une réunion de conciliation. Une enquête a été ouverte pour situer les responsabilités en vue de faire triompher le droit. Nous y reviendrons.

YAHAYA KARAMOKO
CORRESPONDANT REGIONAL

Read 432 times Last modified on mercredi, 14 juin 2017 09:39