Print this page

Affaire 14 filles excisées à Adiaké:"Les auteurs et complices subiront la rigueur de la loi", averti la ministre Bakayoko-Ly Ramata

jeudi, 30 août 2018 16:07
Prof Bakayoko- Ly Ramata, Ministre ivoirienne de la Famille, de la Femme et de l'Enfant Prof Bakayoko- Ly Ramata, Ministre ivoirienne de la Famille, de la Femme et de l'Enfant Crédits: DR.

Les quatre  victimes retrouvées, sur instruction de la ministre Bakayoko Ly Ramata ont été prises en charge par un médecin.

Affaire 14 filles excisées à Adiaké:"Les auteurs et complices subiront la rigueur de la loi", averti la ministre Bakayoko-Ly Ramata

Prof Bakayoko- Ly Ramata, Ministre ivoirienne de la Famille, de la Femme et de l'Enfant a averti dans un communiqué du mardi 28 août 2018 que les auteurs et complices dans l'affaire « 14 filles excisées à Bondoukou », un campement du département d'Adiaké, le lundi 27 août dernier, subiront la rigueur de la loi. La première responsable de la Femme qui a bien avant dénoncé  cette autre atteinte à l'intégrité physique  et à la dignité de la femme, a condamné cette pratique "avec la dernière énergie".

Les faits remontent au lundi 27 aout 2018. Des cas de mutilations génitales féminines ont été découverts dans le département d'Adiaké. Il s'agit de l'excision de 14 filles  à Bondoukou, un campement du département d'Adiaké. Les faits ont été rapportés au Ministère de la Femme, de la Famille et de l'Enfant suite à un appel anonyme aux environs de 22 heures. L’information s'est   avérée exacte et extrêmement grave.

Toutefois le ministère en charge de la Famille n'a pu voir que  quatre filles dont les parents ont reconnu les faits. Les autres avaient déjà quitté les lieux pour regagner leur campement de même que l'exciseuse qui résiderait à Samo, village situé à six kilomètres de Bonoua.

Les quatre  victimes retrouvées, sur instruction de la ministre Bakayoko Ly Ramata ont été prises en charge par un médecin.

Pour l'heure, les investigations pour retrouver les dix autres filles et l'exciseuse se poursuivent.

L’excision est une pratique interdite en Côte d’Ivoire depuis 1998. Mais l’activité perdure  malgré de nombreuses initiatives en faveur de son éradication.

Isabelle Somian

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

Read 187 times Last modified on jeudi, 30 août 2018 16:21