• Accueil
  • Société
  • Action sociale: Des élèves du lycée Maurice Delafosse au secours des mères en difficulté

Action sociale: Des élèves du lycée Maurice Delafosse au secours des mères en difficulté

jeudi, 24 mai 2018 14:41

Ce sont plus de 5,6 millions de francs Cfa que les élèves de la 6ème à la 3ème de cet établissement ont collecté pour apporter assistances à des familles en difficulté…

Action sociale: Des élèves du lycée Maurice Delafosse au secours  des  mères  en difficulté

L’entraide et la solidarité  par le sport. C’est le concept développé par le lycée français Maurice Delafosse de la Riviera 3. Ce sont plus de 5,6 millions de francs Cfa que les élèves de la 6ème à la 3ème de cet établissement ont collecté pour apporter assistances à des familles en difficulté et  participer à renforcer le dispositif  du centre d’accueil des mamans d’Anani (Cama) dans la commune de port-Bouet.

Sensibilisés sur les difficultés du centre à nourrir et soigner les enfants de moins de deux ans ainsi que leurs mères qu’ils ont en charge, les élèves ont, avec l’encadrement   d’Eric Pestre, coordonnateur d’éducation physique et sportive (Eps) opté pour ce qu’ils appellent le « cross solidaire ».

Il s’agit d’une course d’endurance où chaque élève va à son rythme sur un parcours de 300 mètres et ce, pendant 20 minutes. La particularité de ce jeu est que les participants se font parrainer ou sponsoriser  et les différents parrains font des promesses financières selon les performances de leurs poulains.

Autant de fois que l’élève réussit à parcourir le circuit, le parrain paye autant de fois la somme promise. C’est à cet exercice que les enfants de la 6ème à la 3ème se sont adonnés dans la journée du 16 février à l’Heden Golf club de la Riviera.

Au bout du compte, la somme de 5,6 millions a été récoltée. «La totalité des dons récoltés servira à fournir, du matériel médical, un complément d'alimentation aux enfants dénutris et à participer à la construction du nouveau Centre d'Accueil des Mamans d'Anani.

Le premier don en vivre a été déjà fait », confie Arezki Stiet, le proviseur de l’établissement. Pour qui cette action permet aux enfants encore à l’école d’avoir un autre regard sur la société et intégrer précocement les valeurs de partage et de disponibilité au service des autres.

Marc Yevou